Bilan mensuel mai 2017

Bonjour tout le monde !

Ce mois-ci j’enregistre un record mondial personnel avec 9 livres lus et 4048 pages parcourues !! Soit un poil plus de 1000 pages au-dessus de ma moyenne mensuelle depuis le début de l’année ! I’m on fire !

Il faut dire que ma PAL a explosé après le salon Rosny Soit Qui Mal Y Pense qui a eu lieu les 20 et 21 mai à la FNAC de Rosny 2, avec 25 auteurs sur place et une organisation de fou (Merci Caroline) !

Je me prépare aussi au Saint-Maur en Poche 2017, le SMEP pour les intimes, où je sais d’avance que je vais faire flamber la CB ! Surtout que ça se passe le week-end de mon anniversaire 🙂

Bref, retrouvons sans plus attendre le résumé littéraire de mon mois de mai. N’hésitez pas à commenter et/ou aimer les articles, je réponds toujours et ça fait toujours plaisir de voir une trace de votre passage sur mon blog 🙂

La femme secrète d’Anna Ekberg – Editions du Cherche-Midi : 3/5
Résumé
Louise Andersen, la quarantaine, vit dans un petit village retiré sur l’île de Bornholm, au Danemark. Elle partage l’existence d’un écrivain, Joachim, de dix ans son aîné. Leur vie, sans histoires, est routinière. Jusqu’au jour où un homme, Edmund, arrive sur l’île et reconnaît Louise : c’est sa femme, Helene, disparue sans laisser de traces trois ans plus tôt. Il en est convaincu. Et tout porte à croire qu’il a raison. Louise, stupéfaite par cette confusion, va essayer d’en savoir plus sur Helene, dont la vie semble avoir été beaucoup plus mystérieuse et exaltante que la sienne. Mais si se mettre ainsi dans la peau d’une autre femme a quelque chose d’enivrant, on peut aussi y perdre la raison… voire bien plus.

Mon avis en bref
Ce mois de mai a commencé avec une lecture un peu mitigée. Un bon scénario mais quelques éléments traités rapidement, surtout au début. Loin d’être un coup de cœur mais une lecture agréable quand même. A garder pour cet été et savourer un peu de suspense pendant les vacances 😉
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Meurtres pour rédemption de Karine Giebel – Pocket : 5/5 Coup de cœur !
Résumé
Marianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière.
Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes.
Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l’esprit au-delà des grilles. Grâce à l’amitié et à la passion qui portent la lumière au coeur des ténèbres.
Pourtant, un jour, une porte s’ouvre. Une chance de liberté.
Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n’aspire qu’à la rédemption…

Mon avis en bref
Quand j’ai posté mon article, je ne l’ai pas mis en coup de cœur et en fait c’était une erreur ! Ce roman est une merveille ! Marianne, l’héroïne, meurtrière pleine d’innocence a réussi à m’attendrir comme rarement. Cette jeune femme de 20 ans, condamnée à perpétuité pour double meurtres n’est en fait qu’une ado brisée par la vie. Et les 1000 pages passées avec elles sont passées trop vite.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Echo d’Ingrid Desjours 4/5
Résumé
Ils étaient beaux, riches et pervers. Leur émission pulvérisait l’audimat ; les invités en sortaient humiliés, insultés, blacklistés. Petite lucarne et jeux du cirque… Aujourd’hui, les Frères Vaillant ne sont plus. Et la scène de crime n’est pas belle à voir.
En arrivant sur les lieux, le commandant Vivier constate l’horreur des mutilations. Les deux pantins semblent figés en un tableau grotesque, d’un effroyable sadisme. Et l’avis de Garance Hermosa, sexo-criminologue au profil incendiaire, confirme ce premier diagnostic. Certes, les jumeaux ne manquaient pas d’ennemis, mais ce degré de violence rituelle laisse deviner un véritable monstre… Pour le démasquer, le flic et l’experte devront se voir en son miroir sans entrer dans son jeu. Car le crime, comme l’écho, se répète…

Mon avis en bref
Echo est le premier roman d’Ingrid Desjours et ça commence fort avec un premier chapitre bien glauque ! Perversion, manipulation, secret de famille et en prime un peu de précisions sur la mythologie.
Tout y est pour un bon thriller qu’on ne veut plus lâcher !
On retrouve la technique passé/présent avec la lecture de quelques pages d’un journal intime d’un enfant abusé.
Bien évidemment, on ne peut s’empêcher de faire le parallèle entre l’auteure et l’héroïne, toutes deux sexo-criminologue.
Un roman bien ficelé, addictif et avec des bons personnages. Parfait !

 

Ecriture, mémoire d’un métier de Stephen King – Le Livre de Poche : 4/5
Résumé
Quand Stephen King se décide à écrire sur son métier et sur sa vie, un brutal accident de la route met en péril l’un et l’autre. Durant sa convalescence, le romancier découvre les liens toujours plus forts entre l’écriture et la vie. Résultat : ce livre hors norme et génial, tout à la fois essai sur la création littéraire et récit autobiographique. Mais plus encore révélation de cette alchimie qu’est l’inspiration.
Une fois encore Stephen King montre qu’il est bien plus qu’un maître du thriller : un immense écrivain.

Mon avis en bref
Vous imaginez pouvoir vous retrouver face à Stephen King qui vous raconte un peu de sa vie et son rapport à l’Ecriture ? C’est le résultat de cet ouvrage mi-essai mi-autobiographie. Parsemé d’anecdotes et de conseils d’écriture, ce livre m’a donné l’impression de partager un entretien privilégié avec le Maître.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé de J.K. Rowling 4,5/5
Résumé
Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l’entraîner ?

Mon avis en bref
Dur dur de chroniquer les Harry Potter. C’est ma 6e chronique et pourtant l’exercice reste difficile parce qu’il n’y a plus grand chose à en dire. Ce tome est un tome de révélation, mise en place de l’affrontement final. On apprend beaucoup de choses sur les personnages. Je ne peux pas en dire plus sans spoiler. Attention, la chronique, accessible en cliquant sur le titre, est la seule contenant des spoilers !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Il court, il court, le furet de M.J. Arlidge 4/5
Résumé
Southampton, quartier rouge. Le corps d’un homme est retrouvé atrocement mutilé et le coeur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. En l’ouvrant, sa femme découvre, posé sur un tas de journaux, le coeur disparu. Lorsqu’un deuxième corps est retrouvé avec la même mise en scène macabre, la peur s’empare de la ville. Le tueur en série est bientôt comparé à un Jack l’Éventreur qui s’en prendrait aux clients : ses victimes, des hommes respectables, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville. Chargée de l’enquête, le commandant Helen Grace doit arrêter ce tueur déchaîné avant qu’il ne frappe de nouveau…

Mon avis en bref
Les ingrédients qui ont fait le succès de la recette du premier sont presque tous réunis. Mêmes enquêteurs, même rythme, même style.
Un scénario bien ficelé mais que j’ai trouvé moins prenant que le premier roman.
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Territoires d’Olivier Norek 5/5 Alerte coup de cœur numéro 1 !
Résumé
Les exécutions sommaires de trois jeunes caïds de Malceny, « plaque tournante de la came pour l’Île-de-France », mettent la SDPJ sur les dents. Mais le capitaine Coste n’a pas peur de mettre le feu aux poudres…
À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s’implante comme un virus dans cette ville laissée à l’abandon, qui n’attend qu’un gramme de poudre pour exploser. Une ville où chacun a dû s’adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d’inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l’État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville.
La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer…

Mon avis en bref
Malgré un Code 93 un peu mitigé mais grâce à des avis dithyrambiques sur ce second roman et une rencontre d’exception avec Monsieur Le Président du Rosny Soit Qui Mal Y pense, je me suis lancée les yeux fermés et tête baissée dans la deuxième aventure du capitaine Victor Costes et son équipe ! Et j’ai bien fait ! Tous les ingrédients sont là !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

Des nœuds d’acier de Sandrine Collette 5/5 Alerte coup de cœur numéro 2 !!
Résumé
Avril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, au creux d’une vallée isolée couverte d’une forêt dense, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux frères, deux vieillards qui ont fait de lui leur esclave. Comment a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence ? Il n’a pourtant rien d’une proie facile : athlétique et brutal, Théo sortait de prison quand ces vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d’eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.

Mon avis en bref
Pouah ! Mortel !! Addictif, glauque, trash, violent. Mon coup de cœur du mois et une découverte de la plume de Sandrine Collette. J’en redemande !
Retrouvez ma chronique complète en cliquant sur le titre du roman.

 

L’étrange histoire de Benjamin Button de Francis Scott Fitzgerald 3/5
Résumé
Dès sa naissance, loin d’être un beau poupon joufflu, Benjamin Button ressemble à un vieillard voûté et barbu ! Ses parents découvrent peu à peu qu’il rajeunit chaque jour : de vieillard il devient un homme mûr, un jeune homme, un enfant… Bénédiction ou malédiction ?

Mon avis en bref
Benjamin Button ou comment faire un film de 2h30 avec un bouquin de 60 pages 🙂 Maintenant que je l’ai lu, je vais pouvoir retenter le film. Ou pas. Je me souviens avoir abandonné assez vite au premier visionnage. Je l’avais trouvé longuet.
A contrario, j’ai trouvé l’histoire trop courte. « Mais c’est normal c’est une nouvelle » me direz-vous. Certes. Néanmoins, les 70 ans de la vie de Benjamin survolés sur 60 pages j’ai trouvé ça léger.
L’image de la Femme ou plutôt son absence totale dans ce récit m’a marqué. La mère de Benjamin n’apparaît à aucun moment et pourtant elle existe. Elle n’est mentionnée qu’au tout début après l’accouchement. 1920 quoi…
Par contre, l’écriture est belle. Le talent de Fitzgerald n’est plus à faire.
Je note aussi l’audace d’écrire une nouvelle fantastique au tout début du XXe siècle.