Catégories
Coups de Cœur de Luciole Luciole chroniqueuse

Blackwater, tome III : La Maison de Michael McDowell

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Blackwater, tome III : La Maison
Auteur : Michael McDowell
Éditeur poche : Monsieur Toussaint Louverture
Date de sortie poche : mai 2022
Nombre de pages : 260 pages

Résumé : 1928 à Perdido. Alors que le clan Caskey se déchire dans la guerre intestine et sans merci que se livrent Mary-Love et sa belle-fille, et tandis que d’autres crises – conjugales, économiques, existentielles – aux répercussions défiant l’imagination se profilent, dans les recoins sombres de la maison d’Elinor, la plus grande de la ville, les mauvais souvenirs rôdent et tissent, implacables, leurs toiles mortelles.

Au-delà des manipulations et des rebondissements, de l’amour et de la haine, Michael McDowell (1950-1999), ­co-créateur des mythiques Beetlejuice et L’Étrange Noël de Monsieur Jack, et auteur d’une trentaine de livres, réussit avec Blackwater à bâtir une saga en six romans aussi ­addictive qu’une série Netflix, baignée d’une atmosphère unique et fascinante digne de Stephen King.

Découvrez le troisième épisode de Blackwater, une saga matriarcale teintée de surnaturel avec un soupçon d’horreur.

Ce que j’en ai pensé

Perdido, 1928. Neuf ans se sont écoulés depuis La Crue et l’arrivée d’Elinor à Perdido et dans la vie du clan Caskey.

Neuf ans et la guerre intestine fait rage comme au premier jour entre Mary-Love et Elinor. Frances et Miriam, les deux filles d’Elinor, forment une relève parfaite ! Miriam vit chez Mary-Love et rabaisse constamment sa petite sœur Frances qui vit plus paisiblement chez Oscar et Elinor. Les deux petites filles calquent leur comportement sur le modèle féminin de leur maison et la haine est bien là ! Queenie, la belle-sœur de James, est installée à Perdido depuis le tome II. Elle va mener la bataille de sa vie dans ce volume. Les autres personnages ne se reposent pas sur leurs lauriers mais si je vous dis tout, c’est nul.

S’il y a bien quelque chose qui n’existe pas à Perdido, Alabama, c’est la tranquillité ! Ce qui serait synonyme d’ennui pour nous, lecteurs. Les rancoeurs, vengeances, tentative de feminicide vont bon train ! Ce tome a un final qui ne laisse pas de marbre et annonce le titre du suivant : La Guerre !

Et bien entendu, la Perdido coule toujours de sa vive couleur rouge terre. Elle est toujours aussi dangereuse et Elinor lui est toujours aussi liée de manière très étrange !

Bref, toujours fan de cette saga incontournable !

3 réponses sur « Blackwater, tome III : La Maison de Michael McDowell »

Répondre à laplumedelulu Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :