Et tu vis encore de Corinne Martel

Résumé de l’éditeur 

Alice, une jeune star de la chanson, a de mystérieux secrets qu’elle nomme le « Plan A ».
Marc, un écrivain de polars, appelle les siens le « Plan B ». En panne d’inspiration, il passe son temps à visiter des sites monstrueux qui troublent son équilibre mental.
Quant à Pierre, il réussit à obtenir la direction d’une nouvelle prison composée de trente-huit détenus très spéciaux : des tueurs en série enfermés à vie. Sur son bureau, une chemise grise, nommée le « plan C ».
L’atmosphère est bien trop angoissante pour ce si petit village du Vercors…
L’heure des choix ne serait-elle pas prématurée ? Ils le savent bien, la mise en place de leurs plans va bouleverser le cours de leurs vies et les conséquences seront irréparables.
Et vous, à leur place, qu’auriez-vous fait..?

Ce que j’en ai pensé

Je ne tournerai pas autour du pot, je n’ai pas aimé ce roman. Comme une chronique « négative » ne sert à rien si elle n’est pas argumentée, je vais tenter de vous expliquer pourquoi.

Beaucoup d’éléments sont à conserver dans ce roman et heureusement ! Hélas, je ne l’ai pas trouvé assez approfondi. Pour moi, c’était plutôt un polar familial qu’un thriller. Ce qui n’est pas forcément mauvais mais du coup, pas ce à quoi je m’attendais (j’avais eu une mauvaise surprise du même genre avec Joyland de Stephen King).

Les éléments du récit sont beaucoup trop nombreux et pas assez aboutis pour un roman de 160 pages. C’est vraiment dommage parce que l’intrigue est bonne, le scénario est novateur et le tout aurait pu donner quelque chose de totalement addictif. Mais, tout va trop vite, on ne s’attache à personne (c’est surtout dommage pour Vincent qui a un fort potentiel de personnages noirs de thrillers), on n’a pas le temps de s’imaginer quoique ce soit et la fin arrive comme un cheveu sur la soupe un peu comme le « Shut up it’s magic » issu du jeu Donjons et Dragons (et ses variantes « T’as gueule c’est magique », « Ta gueule, c’est la Force »…) qui justifie les scénarios ou situations improbables dans les films, jeux de rôle… C’est frustrant que la famille ait traversé autant d’épreuves pour que le lecteur soit obligé d’accepter la fin sans plus d’explications que ça.

On suit quatre générations d’une famille, huit personnes, tous avec un côté plus ou moins mystérieux et plus ou moins sombre. Malheureusement, aucun ne sera poussé jusqu’au bout et tout reste en surface. Ce qui est intéressant dans les thrillers est justement le côté sombre de l’Homme, les personnages torturés pour lesquels ont éprouve quelque chose (empathie, haine…) et j’ai trouvé dommage de le mettre en place sans l’exploiter par la suite.

La métaphore d’Alice au pays des Merveilles et Alice de l’autre côté du miroir était intéressante mais les 10-15 allusions m’ont plombé le truc. On avait saisi dès la première et un ou deux rappels auraient été suffisants.

Pour résumer, l’idée de base est bonne. Les personnages sont intéressants. L’intrigue tient la route (si la fin était un peu plus travaillée). Mais tout reste en surface et c’est dommage dans un roman. J’ai été frustrée de ma lecture et j’aurai aimé en savoir plus sur les uns et les autres. Les voir sombrer, se relever ou pas. Et j’aurai aimé avoir le temps de me demander si à leur place j’aurai fait la même chose. J’espère que le prochain sera plus profond.

Ma note : 2/5