Catégories
Luciole chroniqueuse

Joyland de Stephen King

Résumé de l’éditeur (carrément à côté de la plaque…)

Les clowns vous ont toujours fait un peu peur ?
L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage…

Ce que j’en ai pensé

Comme tout le monde, je m’attendais à un récit terrifiant comme Stephen King, le Maître de l’Horreur, sait nous les écrire. Hélas, pas du tout. Joyland est une histoire d’amour, l’histoire d’un jeune homme qui apprend à soigner sa toute première blessure de coeur et qui commence à travailler à Joyland, un parc d’attractions de Caroline du Nord, pour combler son triste été.

Si je mets de côté l’attente de l’angoisse, du frisson et de l’horreur,promis par la quatrième de couverture française, j’ai plutôt pas mal aimé ce roman. Heureusement que Stephen King sait bien créer ses personnages et les rendre intéressants et attachants.

Devin Jones est un grand adolescent blessé par sa première copine qui l’a largué sans pincette. Il est malheureux comme les pierres et il croit qu’il ne s’en remettra jamais (comme tout le monde ou presque). A Joyland, où « on vend du bonheur » (dixit le directeur), il va faire des rencontres fascinantes, trouver un job palpitant et atypique et entrer dans la grande famille des forains et de leur jargon étrange, sorte d’argot qui leur permet d’identifier les vrais de vrai.

Pour une fois, hélas, j’ai trouvé les personnages secondaires un peu bâclés. En même temps, la fin l’est aussi, à mon goût. Pour ajouter un peu de fantastique et de suspens, Stephen King a glissé une vieille histoire de meurtre, de fantômes et d’un possible tueur qui court toujours. Ca tombe comme un cheveu sur la soupe pour terminer le roman et ça n’apporte pas grand chose à l’affection que l’on pouvait avoir pour le narrateur et ses amis. On est très loin du thriller et de l’angoisse. Je n’ai pas senti de suspens en approchant de la fin. Je suis toutefois contente de l’avoir lu parce que je compte lire l’intégralité du King. Mais je pense que je vais vite l’oublier 😉 Joyland est la lecture de septembre du club de Lecture Stephen King que j’administre avec Flo_bouquine sur Facebook. Si vous avez lu ce roman, venez partager votre avis avec nous 😉

Ma note : 3,5/5

7 réponses sur « Joyland de Stephen King »

Entièrement d’accord sur le fin bâclée qui arrive comme un cheveu sur la soupe. Honnêtement, c’était pas utile. Mais j’ai tout de même apprécié cette lecture un peu plus que toi je pense (voir ma chronique) parce que je savais que ce ne serait pas de l’horreur. Et heureusement, sinon quelle déception! J’y ai vu une ode à la jeunesse plutôt rafraîchissante.

J’ai lu ta chronique (mais pas encore commenté 😉 ). J’avais été un peu prévenue mais je pensais que c’était juste soft dans l’angoisse alors qu’il n’y en a pas une seule seconde. Si j’avais su avant, j’aurai certainement plus apprécié ma lecture, en effet.

Ce que je n’ai pas aimé c’est la 4ème de couverture qui promet un thème bien différent de celui que l’on retrouve dans ce livre.
Mis à part ce petit élément, j’ai plutôt bien aimé le fait que ce ne soit pas un livre « d’horreur », même si je suis d’accord sur le fait qu’on dirait de la fin qu’elle est bâclée.
Ce livre reste quand même agréable à lire :).
Si tu cherches des livres vraiment bien fait d’autres auteurs, je te conseille :
-Fétiche, de Mo Hayders
– Les rivières pourpres, de Jean-Christophe Grangé (e même temps, cet auteur fait parti de mes favoris haha)
– Thérapie , de Ssbastian Fitzek (il y a aussi « tu ne te souviendras pas » qui est très bien de cet auteur ^^)

Bonne lecture à toi, ^^

Oui j’imagine… mais sachant que ce n’est pas un roman d’horreur mais la belle histoire d’un jeune homme qui se cherche, dans une ambiance conviviale de fête foraine, ça devrait passer beaucoup mieux 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.