Les voies de l’ombres (saga en quatre tomes) de Jérôme Camut et Nathalie Hug

Ma note : 5/5 Coup de coeur

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titres : Prédation, Stigmate, Instinct et Rémanence
Auteurs : Jérôme Camut et Nathalie Hug
Éditeur grand format : Télémaque
Date de sortie grand format : 2006, 2007, 2008 et 2010
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 7 novembre 2012 (version intégarle)
Nombre de pages : 1520 pages dans la version intégrale

Résumé : Prédation : Un cadavre est retrouvé nu dans une friche industrielle, la main droite déchiquetée. Un homme désespéré hurle de rage avant de se tirer une balle en plein crâne dans un centre commercial. Un jeune père au bord de la folie délire au fond d’un cachot sans porte ni fenêtre. Tous ces faits sont liés à une nouvelle criminalité organisée, fondée sur le chantage. 
Stigmate : Deux hommes et une femme, victimes à l’existence brisée, se lancent sur les traces du prédateur qui a dévasté leurs vies.
Instinct : Vingt-cinq tueurs, dirigés par un pervers de génie, frappent leurs cibles avec une perfection terrifiante et plongent la France dans le chaos.
Rémanence : Dernier volet de la quadrilogie qui met en scène deux enfants kidnappés par Kurtz, un dangereux criminel, vingt ans auparavant. Clara et Louis sont désormais adultes mais le vernis de leur existence se fissure. L’emprise de Kurtz a profondément gangréné leurs esprits.

Ce que j’en ai pensé

Pour la reprise des chroniques sur le blog et exceptionnellement pour celle-ci, je change de format. Ceci n’est pas une chronique mais une lettre d’amour littéraire pour Le Camhug et leurs oeuvres. Celle-ci en particuliers.

Cher Jérôme, chère Nathalie, nous avons d’abord échangé quelques mots lors de salons et rencontres avant que je lise les vôtres. Votre passion pour la littérature transparait à l’oral et encore plus à l’écrit. Vos quatre mains ont été faites pour fusionner et elles donnent à chaque fois, me concernant tout du moins, des coups de coeur et des romans inoubliables. Nous nous croisons depuis trois ans maintenant et je me lance à peine dans vos ouvrages. Il était temps ! Et qu’est-ce que j’aurai manqué si je ne l’avais pas fait ! J’ai mis de côté la taille gigantesque, le frein principal, et j’ai dévoré autant W3 (3000 pages) que Les voies de l’ombre (1500 pages en version intégrale). Et puis, avec vous le diction prend tout son sens : ce n’est pas la taille qui compte !

Dans cette saga, j’ai aimé rencontrer Kurtz (j’ai moins aimé regarder Apocalypse Now que je n’avais jamais vu mais ça m’a aidé à appréhender votre Kurtz alors je ne vous en veux pas 🙂 ), Rufus, Andreas, Clara, Louis et tant tant d’autres. J’ai passé deux semaines avec eux et ils m’ont manqués quand j’ai tourné la dernière page. J’ai eu l’impression de perdre des amis tellement vos mots m’ont imprégnée. J’ai aimé frissonner pour certains, trembler pour d’autres, sadiquement me rejouir du mauvais sort des méchants. Les sentiments que vous faites éprouver aux lecteurs sont forts et incontournables.

J’ai aimé détester Kurtz, cet homme d’une intelligence hors pair qui ne sait faire que le mal et la destruction. J’ai détesté que vous ayez réussi à ce que je sois émue par lui. Non, ce n’est pas vrai, c’était un tour de force et en fait je vous ai adoré pour ça ! Votre colonel Kurtz est déroutant et l’admiration que j’ai ressentie m’a dérangée. Et j’aime être remuée par une lecture.

Cette saga en quatre tomes, dont le premier tome est paru il y a plus de 10 ans, est toujours d’une actualité terrifiante. Les combats et les messages dissimulés plus ou moins discrètement dans les pages sont puissants et laissent à réfléchir. Vous ne m’avez pas laissée indifférente avec Les voies de l’ombre et Islanova va vite sortir de ma PAL !

En résumé, Le Camhug, vous fusionnez à merveille pour nous faire passer par tout un panel d’émotions, parfois contradictoires. La saga Les Voies de l’ombre fait réfléchir sur l’humain et sa noirceur mais pour que le noir ressorte, il faut de la lumière et tous les personnages ont ce côté Ying et Yang et c’est très perturbant car en général le rôle est donné à différentes personnes. Merci de faire de la lecture ce que j’en attends : un passe-temps fort et émouvant qui fait totalement oublier les soucis du quotidien.

A très bientôt

Lucile

PS pour Lucie : merci pour cette lecture commune, toi qui partage cette passion pour les ouvrages de nos chers auteurs. L’expérience a été plus intense !