Les hordes invisibles de Louise Mey

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Les hordes invisibles
Auteur : Louise Mey
Éditeur grand format : Editions Fleuve, collection Fleuve Noir
Date de sortie grand format : 25 mai 2018
Nombre de pages : 448 pages

Résumé : Francesca. Ilana. Clémentine. Des femmes comme elles, il y en a des milliers, qui prennent la parole sur les réseaux sociaux. Et de l’autre côté de l’écran, dans l’intimité d’une chambre ou la foule d’une rame de métro, des hommes guettent, harcèlent, menacent de viol ou de mort. Sous pseudonyme, en ligne et en liberté. Et avec le sentiment d’une totale impunité.
Le quotidien d’Alex et Marco au sein de la Brigade des crimes et délits sexuels n’obéit qu’à un credo : fais comme tu peux. Sauf qu’Alex a décidé d’arrêter la bière, son antidote n°1 à l’angoisse – juste derrière sa fille et les statistiques, qu’elle compile obstinément. Le jour où les plaintes de Francesca, Ilana et Clémentine arrivent sur son bureau, des difficultés nouvelles surgissent. Comment traquer des individus sans signe distinctif et qui ne laissent aucune trace ?

Ce que j’en ai pensé

Les hordes invisibles est la suite directe des Ravagé(e)s. Embruns le second roman de Louise Mey (que je n’ai pas encore lu) est un one shot. Ici, nous retrouvons Alex, notre inspectrice fan de chiffres et de statistiques et ses co-équipiers de la Brigades des Crimes et Délits Sexuels.

Ce roman suit quelques enquêtes d’affaires d’agressions sexuelles mais s’attaque surtout au sujet du cyberharcèlement. Un sujet peu évoqué et tout nouveau dans notre vie avec l’émergence des réseaux sociaux qui envahissent de plus en plus notre quotidien. L’histoire principale du roman est basée sur des faits réels : il y a quelques mois, une journaliste avait posté un article sur les gamers, qui n’avaient pas appréciés du tout les moqueries. Sur un forum, cette journaliste s’est fait menacer de viol et de meurtre. Quelques jours après la sortie du roman, la justice a condamné pour la première fois en France deux des cyberharceleurs qui visaient cette journaliste et sa fille.

Un sujet tristement ancré dans le réel et une enquête qui a duré des mois avant d’aboutir à quelque chose. Comme dans son premier roman, la lenteur des démarches se fait ressentir dans la lenteur du récit. Pour autant, je ne me suis pas ennuyée une seconde ! C’est terrifiant de réalisme et le travail de recherche est parfait ! Un roman très actuel à lire (si vous avez aimé Les Ravagé(e)s).