Le brasier de Vincent Hauuy

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Le brasier
Auteur : Vincent Hauuy
Éditeur grand format : Hugo & Cie, collection Hugo Thriller
Date de sortie grand format : 5 avril 2018
Nombre de pages : 528 pages

Résumé : Quand le général Lavallée engage Noah Wallace pour retrouver les assassins de sa fille Sophie, le profiler refuse de croire à sa mort.
Persuadé que la jeune blogueuse est en danger, mais vivante, il accepte la mission et mène l’enquête avec Clémence Leduc, sa troublante partenaire. Mais tous deux vont très vite se rendre compte que les ramifications de cette disparition sont beaucoup plus vastes qu’il n’y paraît et pourraient être liées à la récente vague de meurtres et de suicides inexpliqués qui frappent l’ensemble du territoire américain.
Hanté par les visions d’un petit garçon sans visage et d’un brasier d’où s’échappent des cris d’effroi, Noah va se retrouver au coeur d’une investigation menée tambour battant mais qui le mènera aux portes de la folie.

Ce que j’en ai pensé

Quelle joie de retrouver la plume de Vincent Hauuy et son personnage phare : Noah Wallace ! Je vous conseille vivement la lecture du Tricycle rouge avant celle-ci et en plus, il est sorti en poche alors pas d’excuse !

Le talent était déjà là pour le premier opus mais il se confirme  complètement avec ce second roman ! Vincent Hauuy est un auteur à surveiller de près ! Ces thrillers alambiqués, bourrés de retournements de situation, plein de cliffhangers en fin de chapitres… sont des pépites addictives ! La preuve : j’ai lu les 500 et quelques pages du Brasier en un peu moins de 2 jours !

Le champ lexical du titre est subtilement utilisé un peu partout dans le roman et ainsi, l’auteur nous plonge dans l’ambiance brûlante de son récit.

Comme pour le premier roman, la fin et les révélations sont à couper le souffle ! Comme pour le premier roman, je ne peux rien vous dire et c’est ultra frustrant ! Par contre, je peux vous dire que, comme pour le premier roman (oui je fais exprès), Vincent Hauuy a parfaitement documenté son récit. On a l’impression d’être plongé dans un documentaire passionnant !

Si avec ça vous n’êtes pas convaincu, je ne peux plus rien pour vous 🙂