Sur ma peau de Gillian Flynn

Ma note : 3/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Sur ma peau
Auteur : Gillian Flynn
Éditeur grand format : Calmann Lévy
Date de sortie grand format : 2007
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 5 mars 2008
Nombre de pages en poche : 384 pages

Résumé : La ville de Wind gap dans le Missouri est sous le choc : une petite fille a disparu. Déjà l’été dernier, une enfant avait été sauvagement assassinée… Une jeune journaliste, camille Preak, se rend sur place pour couvrir l’affaire. Elle même a grandi à Wind gap. Mais pour camille, retourner à Wind gap, c’est réveiller de douloureux souvenirs. À l adolescence, incapable de supporter la folie de sa mère, camille a gravé sur sa peau les souffrances qu’elle n’a pu exprimer. Son corps n’est qu’un entrelacs de cicatrices… On retrouve bientôt le cadavre de la fillette. Très vite, Camille comprend qu’elle doit puiser en elle la force d’affronter la tragédie de son enfance si elle veut découvrir la vérité…

Ce que j’en ai pensé

Malgré la difficulté à parvenir au bout des Apparences (scénario topissime mais d’une lenteur trop mortelle pour moi… et en plus je revoyais le film image par image), j’ai voulu retenter la plume de Gillian Flynn, suivant les conseils d’une de mes auteures préférées : Maud Mayeras ! Ça s’est mieux passé qu’avec Les Apparences, mais il faut dire qu’il est deux fois plus petit. La lenteur m’a encore dérangée mais l’installation de l’ambiance glauque et malsaine est tellement bien maîtrisée que ça a un peu rattrapé la lecture !

Gillian Flynn prend pas mal de sujets dérangeants ou tabous et les distillent au compte-goutte pour nous perturber de plus en plus. Meurtres de petites filles, alcoolisme, automutilation, violence, rejet d’une mère pour sa fille, présomption d’inceste… Le tout dans une petite ville du Sud des États-Unis. La lecture fait frémir souvent et dérange fortement ! Et ça c’est un challenge réussi !

Le final, que j’ai à moitié deviné, est bien amené et le sujet, de moins en moins méconnu est passionnant, comme la plupart des syndromes peu connus !