Le jour des morts de Nicolas Lebel

Ma note : 3,75/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Le jour des morts
Auteur : Nicolas Lebel
Éditeur grand format : Marabout Thriller
Date de sortie grand format : 21 mai 2014
Éditeur poche : Marabout
Date de sortie poche : 10 juin 2015
Nombre de pages en poche : 416 pages

Résumé : Paris à la Toussaint. Le capitaine Mehrlicht, les lieutenants Dossantos et Latour sont appelés à l’hôpital Saint-Antoine : un patient vient d’y être empoisonné.
Le lendemain, c’est une famille entière qui est retrouvée sans vie dans un appartement des Champs-Élysées. Puis un couple de retraités à Courbevoie… Tandis que les cadavres bleutés s’empilent, la France prend peur : celle qu’on surnomme bientôt l’Empoisonneuse est à l’oeuvre et semble au hasard décimer des familles aux quatre coins de France depuis plus de quarante ans. Les médias s’enflamment alors que la police tarde à arrêter la coupable et à fournir des réponses : qui est cette jeune femme d’une trentaine d’années que de nombreux témoins ont croisée ? Comment peut-elle tuer depuis quarante ans et en paraître trente ? Surtout, qui parmi nous sera sa prochaine victime ? Dans la tornade médiatique et la vindicte populaire, chacun reconnaît la tueuse : elle est une voisine, une sœur, une ex, et la chasse aux sorcières s’organise. Mais derrière l’Empoisonneuse, c’est la Mort elle-même qui est à l’oeuvre, patiente et inexorable : nul ne lui échappera.

Ce que j’en ai pensé

On perd pas une équipe qui gagne ! Nicolas Lebel remet le couvert avec son second roman et nous ressert l’excellent capitaine Mehrlicht et son équipe !

J’ai un peu moins accroché pour Le jour des morts que pour L’heure des fous. Le thème peut-être. Par contre, j’ai adoré retrouver Mehrlicht, Dossantos et Latour. Ils sont tous attachants à leur manière. On en apprend un peu plus sur leur vie privée, on s’attache de plus en plus (ce qui n’est jamais bon dans une série de romans policiers !), en même temps d’une enquête pleine de suspense ! La balance est parfaite et le roman se lit tout seul (malgré quelques passages un peu dense où j’ai trouvé que ça manquait un peu d’aération visuelle).

Une empoisonneuse sévit et tue à la pelle des gens, en apparence sans lien et un peu partout. On suit l’action au jour le jour avec un petit dicton journalier en début de chaque chapitre. En parallèle, on suit un personnage très atypique, fan de livres anciens et de livres tout court. Bien sûr les deux histoires se relient et la fin est très bien amenée !

L’enquête est résolue mais la vie des personnages continue et j’ai hâte de me plonger dans le troisième roman pour continuer à les suivre !