Catégories
Luciole chroniqueuse Luciole lit du graphique

Parasite de Hitoshi Iwaaki (manga en 8 tomes)

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Parasite
Auteur : Hitoshi Iwaaki
Éditeur : Glénat
Date de sortie : 1990 au Japon, réédition française en 2020
Nombre de pages : environ 280 par tome

Résumé : Depuis des milliers d’années, l’Homme se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. Jusqu’au jour où de mystérieuses sphères, abritant d’étranges parasites, se répandent un peu partout sur Terre. Rapidement, les entités prennent possession de certains habitants. Nul ne sait d’où elles viennent, mais ce qui semble certain, c’est qu’elles sont là pour débarrasser le monde de l’espèce humaine.

Shinichi, jeune lycéen, est un “hôte” dont le cerveau a miraculeusement été épargné : et pour cause, Migy, son parasite, a pris possession de son bras droit ! Ce cas exceptionnel va déboucher sur une singulière cohabitation. Car au-delà de la fusion physique opérée entre Migy et Shinichi, qui partagent désormais le même corps et la même vie, va se développer un lien d’attachement particulier où les deux êtres vont apprendre chacun l’un de l’autre. Alors que Shinichi se découvre doté d’incroyables facultés physiques, il prend aussi conscience de la menace qui plane sur ses proches… et sur l’humanité tout entière.

Réussira-t-il, avec l’aide de Migy, à enrayer l’inévitable invasion ?

Ce que j’en ai pensé

« Et si 99 % de l’humanité venait à disparaître, les rejets de la pollution diminueraient-ils de 99 % ? » Ainsi débute Parasite, une série de manga seinen horrifique en 8 tomes.

Shinichi, adolescent japonais tout ce qu’il y a de plus normal est touché par la pluie de parasites qui s’abat sur le Japon. Une sorte de ver tente de rentrer dans son corps. Il ne parvient qu’à rester dans son bras qu’il partagera avec son hôte humain. Obligés de cohabiter, Shinichi nomme sa main droite parasitaire Migy. D’autres personnes ont également été infectées et sont dirigées par leur parasite. Elles assassinent à tour de bras. Les médias parlent de boucheries et le cannibalisme s’installe. En pur seinen, les scènes sont sanglantes !

Les parasites changent l’apparence de leur hôte, selon l’envie, l’humeur, le besoin. Parfois souple, parfois dure et acérée comme des larmes de sabre. L’anthropomorphisme est horrifique, souvent dérangeant mais toujours bien imaginé. La main de Shinichi a des yeux, une bouche, peut s’agrandir à l’infini et possède une force inhumaine… Je ne suis pas fan des mangas classés dans le sous-genre « Horreur » mais celui-ci fait réfléchir sur l’humanisme. Et ça fait du bien !

Au fil des tomes, la relation entre Migy et Shinichi évolue. Leurs comportements aussi. Migy devient plus sentimental alors que Shinichi perd petit à petit cette humanité qu’il possédait avant la venue du parasite. Qu’est-ce qui fait de nous des Humains ? Avec ce manga, on se pose beaucoup de questions existentielles. Individuelles ou de groupe. Écologique et sociologique. Toujours entre deux combats bourrés d’hémoglobine et de tripes bien sûr !

Bref, un très bonne série de manga !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.