Catégories
Luciole chroniqueuse

Les muses d’Alex Michaelides

Ma note : Déception

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Les muses
Auteur : Alex Michaelides
Éditeur grand format : Calmann-Levy
Date de sortie grand format : juin 2021
Nombre de pages : 378 pages

Résumé : Mariana, Londonienne d’origine grecque, est psychothérapeute. Alors qu’elle se remet à peine de la noyade de son mari, sa fragile nièce Zoé, étudiante à Cambridge, l’appelle au secours. Une jeune fille de sa classe a été retrouvée sauvagement assassinée sur leur campus.

Mariana, ancienne élève de Cambridge, débarque aussitôt pour soutenir Zoé, et ne peut s’empêcher de mener sa propre enquête, surtout quand Zoé accuse son professeur de grec ancien, le séduisant Edward Fosca, d’être l’assassin. Mariana découvre alors que Fosca entretient des relations mystérieuses avec quelques étudiantes qui se surnomment « les Muses ». Bientôt, une autre jeune femme est retrouvée morte, une autre muse…

Ce que j’en ai pensé

Après le magistral Dans son silence, Alex Michaelides avait placé la barre très haute. Écrire un second roman après une première bombe est un challenge de haute voltige. Pour moi, c’est un raté.

Je suis trop habituée à relever les ficelles des thrillers psychologiques pour que celui-ci ait pu fonctionner avec moi. Et j’en suis bien désolée car j’ai entamé cette lecture pleine d’espoir et certaine de retrouver la plume de l’auteur. Les ingrédients étaient présents pour que je passe un bon moment : une atmosphère d’université anglaise (Cambridge), une psychothérapeute en guise d’enquêtrice, un meurtre aussi atroce que mystérieux et un soupçon de mythologie grecque.

Mariana, psy grecque vivant à Londres débarque à Cambridge où Tara l’amie de sa nièce Zoé a été massacrée. Edward Fosca, enseignant aussi charismatique que séduisant serait l’assassin, selon Zoé. Autour de lui gravitent plusieurs jeunes filles qui l’idolâtrent totalement. Ce sont ses « Muses ». Quand un deuxième cadavre est découvert, c’est l’escalade !

Très axé sur la psychologie des personnages, le récit est malheureusement trop lent à se mettre en place pour moi. Les indices qui se révèlent sont trop flagrants pour que je ne soupçonne pas plusieurs coups d’avance. Je suis allée au bout en souvenir du premier roman de l’auteur, que je surconseille !

Bref, un flop qui m’attriste.

7 réponses sur « Les muses d’Alex Michaelides »

On l’a sent bien ta déception. J’en suis désolée pour toi. Mais au moins, tu es allée jusqu’au bout. C’est vrai que notre esprit s’aiguise avec ce que l’on peut lire. Le FBI peut nous recruter.

C’est même pénible je trouve, quand on devine tout. Ça me fait la même chose pour les séries.
Plein de bisous à toi Lucile

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.