Catégories
Coups de Cœur de Luciole Luciole chroniqueuse

American Psycho de Bret Easton Ellis

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : American Psycho
Auteur : Bret Easton Ellis
Date de sortie originale : 1991
Éditeur poche : 10/18
Date de sortie poche : 2005
Nombre de pages : 544 pages

Résumé : Thriller furieusement satirique et chef-d’oeuvre de Bret Easton Ellis, un des romans américains les plus controversés de la fin du siècle dernier…

Avec son sourire carnassier et ses costumes chics, Patrick Bateman est l’incarnation du golden boy new-yorkais. Mais, à la nuit tombante, il laisse libre cours à sa démence. En bon serial killer, Patrick viole, torture et tue. Dans un monde lisse de tout sentiment, jusqu’où l’horreur peut-elle aller ?

Ce que j’en ai pensé

American Psycho, ou LE roman qui divise. On adore ou on déteste. Pour l’étalage de marques et de thunes ou pour l’étalage de la violence. Ce roman a 30 ans cette année et, à mon sens, il n’a pas pris une ride ! Bien évidemment la lecture ne peut pas se faire au premier degré. Que ce soit pour la première partie de ce bouquin qui est une longue liste à la Prévert de marques de luxe ou pour la seconde qui est un déferlement total de violence sans aucune limite, il est impératif de lire entre les lignes le message violemment critique sur la société de surconsommation envoyé par l’auteur.

Patrick Bateman, 26 ans, golden boy est totalement imbus de lui-même. Riche (avec son AmEx Platine et son salaire à 6 chiffres), invincible (même face au SIDA qui émerge aux Etats-Unis mais ne touche pas les blancs riches c’est bien connu) et irrésistible (il se crème, se muscle, se regarde et s’aime). C’est le roi du monde et il méprise tout ce qui est pauvre, non-blanc ou non-masculin et non-hétérosexuel. Ne cherchez pas l’empathie, et posez-vous des questions si vous en ressentez !

Déjà dans la première partie, le sadisme de Bateman se fait sentir, par-ci, par-là. Il explosera de manière inédite dans la deuxième moitié du roman ! Et pourtant vous savez que j’ai le cœur et les tripes bien accroché.e.s. Cette violence folle et dévastatrice est accentuée par le fait qu’elle est racontée du point de vue de Bateman et non pas des victimes. Ici, la souffrance n’est pas formulée mais imaginée par nous, pauvres lecteurs.trices ! Encore une fois, la lecture entre les lignes est essentielle, pour avancer dans les pages et surtout pour donner un sens à ce déferlement de sang et de tortures. Bret Easton Ellis est connu pour ses romans cash et sans concession pour dénoncer des faits de société. C’est réussi !

Bref, un roman gigantesque avec un effet bulldozer imparable !

6 réponses sur « American Psycho de Bret Easton Ellis »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.