Catégories
Luciole chroniqueuse Luciole lit du graphique

Mon ami Dahmer de Derf Backderf

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Mon ami Dahmer
Auteur : Derf Backderf
Éditeur poche : Points
Date de sortie poche : 2015
Nombre de pages : 240 pages

Résumé : Jeffrey Dahmer : l’un des pires serial killers de l’histoire des États-Unis. Arrêté en 1991, puis condamné à 957 ans de prison pour une série de dix-sept meurtres, surnommé « le cannibale de Milwaukee », Dahmer finira assassiné dans sa cellule en 1994.

Derf Backderf a passé son enfance à Richfield, petite ville de l’Ohio située non loin de Cleveland. Au début des années 1970, au collège, il fait la connaissance de Jeffrey Dahmer. Les deux ados se lient d’amitié et restent proches jusqu’à la fin du lycée.

Mon ami Dahmer est le récit de la jeunesse de ce tueur, celui qui n’était qu’un enfant solitaire au comportement un peu étrange.

Ce que j’en ai pensé

Si vous connaissez quelques noms de serial killers, Jeffrey Dahmer ne doit pas vous être inconnu. « Mon ami Dahmer » est un ouvrage biographique et autobiographique de Derf Backderf, un camarade de lycée de Jeffrey. Dans ces mémoires, l’auteur ne parle que de la vie de Jeffrey avant les meurtres. Sa scolarité, sa vie d’ado, sa famille. On pourrait sous-titrer ce livre : la naissance d’un monstre.

Jeffrey Dahmer, surnommé « Le cannibale de Milwaukee », a avoué l’assassinat de 17 hommes qu’il a violé ante et post-mortem, parfois démembré et qu’il a mangé, en partie. Bon appétit. Rien de ceci n’est présent dans le comic, mais pour savoir comment se fabrique un monstre, c’est mieux de savoir ce que ledit monstre a fait plus tard. Si vous êtes toujours là, cette BD est peut-être pour vous !

Jeffrey, ado taciturne, un peu étrange et très solitaire grandit de manière plutôt discrète. Ses camarades, dont Derf, le trouvent de plus en plus bizarre. Il a parfois des sautes d’humeur ou des poussées de colère. Comme beaucoup de tueurs en série, sa vie familiale est chaotique et son isolement un fardeau. Heureusement, tous ne finissent pas serial killers !

Les dessins ne m’ont pas attirés du tout de prime abord. Je les trouvais dérangeants. Et en fait, à la lecture de cette courte BD, je me suis rendue compte qu’ils étaient parfait pour cette histoire vraie ! La détresse humaine de Jeffrey est palpable. L’auteur s’est beaucoup documenté auprès d’anciens camarades de classe, d’encadrants scolaires, et d’interviews que Jeffrey Dahmer a données avant son décès en 1994.

Bref, une genèse à découvrir !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.