Catégories
Coups de Cœur de Luciole Luciole chroniqueuse

Rescapée du goulag chinois de Rozenn Morgat et Gulbahar Haitiwaji

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Rescapée du goulag chinois
Auteur : Rozenn Morgat et Gulbahar Haitiwaji
Éditeur grand format : Éditions des Équateurs
Date de sortie grand format : janvier 2021
Nombre de pages : 244 pages

Résumé : Elle a enduré pendant trois ans des centaines d’heures d’interrogatoires, la torture, la faim, la violence des policiers, le bourrage de crâne, la stérilisation forcée, le froid, les rats, les nuits sous le néon aveuglant d’une cellule, les mécanismes de destruction kafkaïens. Elle s’appelle Gulbahar Haitiwaji et elle est la première femme ouïghoure rescapée des camps de rééducation chinois qui ose parler.

Ces camps sont à la Chine ce que le Goulag était à l’URSS. Depuis 2017, plus d’un million de Ouïghours y ont été déportés. Les Xinjiang Papers, révélées par le New York Times en novembre 2019, décryptent une répression s’appuyant sur une détention de masse, la plus grande depuis l’ère Mao. Aujourd’hui, on parle de « génocide ». Le Parti communiste chinois, qui nie leur caractère concentrationnaire, en légitime l’existence par la « lutte totale contre le terrorisme islamique, l’infiltration et le séparatisme ».

Les Ouïghours sont une ethnie musulmane turcophone qui peuplent le Xinjiang. Une région très convoitée par le Parti communiste chinois car elle se situe sur les « nouvelles routes de la soie », le projet politique phare du président Xi Jinping.

Le témoignage de Gulbahar est terrifiant : elle raconte ce qu’elle a vécu dans les entrailles du système concentrationnaire chinois et comment elle a été sauvée grâce aux tractations acharnées de sa fille et du Quai d’Orsay.

Ce que j’en ai pensé

Ceci n’est pas une fiction. Gulbahar Haitiwaji nous raconte, à travers les mots de Rozenn Morgat, l’enfer qu’elle a vécu dans les camps pour Ouïghours en Chine. Son crime ? Être Ouïghoure. Pour la Chine elle a mérité enfermement et sévices pour ses actes terroristes : être partie à l’étranger.

Un essai sur le combat de cette femme qui reflète celui de tant d’autres. Un combat qui se répercute enfin sur le Monde. Son témoignage est essentiel pour libérer la parole. À tel point qu’elle met en danger sa famille restée en Chine. C’est aussi le combat de sa fille, qui ne cesse de tenter de se faire entendre des gouvernements français et chinois. Un combat qui grandit quand, en 2018, la Chine reconnaît l’existence de camps de rééducation. Mais sans reconnaître les atteintes aux droits de l’homme.

Grâce aux paroles de Gulbahar Haitiwaji et aux recherches de Rozenn Morgat sur les actions mondiales indépendantes ou gouvernementales, le témoignage est complet et saisissant.

Gulbahar vit en France depuis des années avec son mari et leurs deux filles quand elle reçoit un appel de son ancien travail en Chine. Elle doit s’y rendre pour signer des documents administratifs. Sans savoir que c’est le début de l’enfer.

Bref, un récit édifiant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.