La chair de sa chair de Claire Favan

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : La chair de sa chair
Auteur : Claire Favan
Éditeur grand format : HarperCollins Noir
Date de sortie grand format : Mars 2021
Nombre de pages : 368 pages

Résumé : Moira O’Donnell c’est, derrière le feu des boucles rousses et l’énergie inépuisable, une femme qui lutte pour garder la tête hors de l’eau.
C’est une vie d’adulte démarrée trop tôt.
Ce sont trois gamins livrés à eux-mêmes et autant de boulots cumulés pour les nourrir.
Ce sont des pères absents  : le premier, incarcéré le plus longtemps possible, croit-elle, et le second, suicidé.
C’est une culpabilité sans fin.
Moira O’Donnell, c’est la solitude d’une mère de famille dure au mal qui se bat, tombe et renaît. Pour ses enfants. Et avec eux. À la vie, à la mort.
Chaque semaine, elle achète un ticket de loterie en rêvant à une vie meilleure. Mais les services sociaux ont d’autres projets pour elle… Et un problème n’arrivant jamais seul, l’équilibre précaire qu’elle pensait avoir créé vire bientôt à la tragédie.

Ce que j’en ai pensé

HarperCollins a fait un sondage sur Instagram pour que les lecteurs définissent en un mot ce dernier roman de Claire Favan. J’hésite fortement entre diabolique et prévisible.

Je n’ai eu absolument aucune surprise dans ce récit cousu de fil blanc. Aucun rebondissement, aucune piste déjouée. Je sais que je lis beaucoup de thrillers mais quand même : d’habitude l’auteure arrive à me surprendre ! Malgré cela, j’ai apprécié ma lecture.

Moira, mère à 16 ans, mariée à un dealer violent qui finit en taule, se remarie, refait deux enfants. Suicide du second mari, le premier qui sort de prison et réclame vengeance et la dernière atteinte de mucoviscidose. Trois jobs, un ado très aidant et hélas les mois finissent sur la paille. Quand Moira pourra-t-elle sortir la tête de l’eau ? Quand la vie sera-t-elle plus agréable ? Quand tout va encore empirer ? C’est surtout cette question qu’on se pose avec l’auteure !

Claire Favan délaisse les thrillers chocs et violents pour se tourner vers le thriller psychologique domestique avec des personnages hautement tourmentés. Le récit est divisé en plusieurs parties qui se centrent chacune sur un personnage clef. Les mensonges et manigances se font nombreuses. Heureusement qu’il y avait un côté sadique pour me plaire !

Bref, un roman machiavélique mais très prévisible.