Erectus, l’armée de Darwin de Xavier Müller

Ma note : 3/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Erectus, l’armée de Darwin
Auteur : Xavier Müller
Éditeur grand format : XO Éditions
Date de sortie grand format : Février 2021
Nombre de pages : 496 pages

Résumé : Ils croyaient tous le cauchemar derrière eux : après avoir transformé une partie de l’humanité en hommes préhistoriques, le virus Kruger avait fini par s’éteindre.

Sept ans après, le monde tremble à nouveau. Les erectus, que l’on croyait stériles, se reproduisent dans les réserves. Chaque jour, des dizaines d’entre eux sont assassinés. d’autres disparaissent…

Qui se cache derrière ces opérations meurtrières ?

Au Kenya, Anna Meunier, une chercheuse française, tente de protéger Yann, son compagnon transformé en préhistorique. Pour elle, les erectus sont nos ancêtres, pas des bêtes sauvages…

La menace, pourtant, est là. Terrifiante. Une organisation secrète est à l’origine d’une nouvelle vague de contaminations. pire : elle se livre à des captures dans les réserves afin de récupérer les facultés extraordinaires des erectus.

Son objectif : fabriquer une nouvelle espèce humaine, aux pouvoirs décuplés, qui contrôlerait la planète.

Pour le monde entier, le début d’un combat dantesque…

Ce que j’en ai pensé

Le démarrage sur les chapeaux de roue annonçait un bon moment lecture. J’avais adoré le premier tome, Erectus, très axé sur l’émergence d’un virus, toute une partie coté recherche et OMS, virologue, et un côté apocalyptique avec les contaminés qui devenaient Erectus et régressaient de 2 millions d’années. La fin ouvrait sur une suite que j’espérais.

Sept ans après l’arrivée du virus Kruger, les Erectus vivent parqués dans des réserves. Mais quelques mauvais scientifiques cherchent à tirer partie de ce virus pour le modifier et créer une autre catégorie d’humains, des surhommes. J’ai aimé le côté écologique du combat, et même ce nouveau virus. Mais le récit a été trop axé sur tous les hybrides et la guerre mondiale qui se préparait. J’ai été perdue entre les différents pays et les souches de virus. Je m’attendais à une suite plus proche de notre réalité comme l’a été Erectus et moins postapocalyptique et guerriere.

Toutefois, le rythme est prenant et la construction bien menée. On voyage pas mal et les virus mutent vite.

Bref, une bonne suite scientifique à fond les ballons mais je suis passée carrément à côté !