Catégories
Luciole chroniqueuse

À pas de loup d’Isabelle Villain

Ma note : 3,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : À pas de loup
Auteur : Isabelle Villain
Éditeur poche : Taurnada
Date de sortie poche : 14 janvier 2021
Nombre de pages : 246 pages

Résumé : Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barberie, un éco-hameau niché en plein cœur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien devenu trop pesant. Pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons.
Mais l’équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve va se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

Ce que j’en ai pensé

Isabelle Villain nous a habitué aux polars avec ses précédents romans. Pour ce nouvel ouvrage, elle a voulu sortir de ce genre entrer dans le roman d’ambiance. Il vaut mieux le savoir car l’attente déçue est parfois un ressenti final fort dans une lecture. J’ai eu l’impression d’avoir un mélange d’ambiance dans les trois premiers quart et de thriller dans le dernier. Ce qui m’a fait terminer la lecture sur une note plus agréable.

Rosalie vit depuis sept ans avec son fils Martin dans une éco communauté autosuffisante. Son mari en a été banni suite à une grave faute et il est privé de son fils. Prêt à tout pour renouer des liens avec Martin, il le kidnappe pour passer une semaine avec lui. Dans l’éco hameau, Rosalie tente de ne pas céder à la panique d’autant qu’elle est devenue leader de la communauté. The show must go on dirait Queen !

La très grande première moitié est centrée sur ce style de vie adopté de plus en plus par des citadin usés de la ville. D’ailleurs la Covid a créé un petit exode rurale le sujet est donc assez proche de la réalité de certains. Quelques meurtres ou tabassages sont cités mais je n’y ai pas ressenti le lien avec le fil conducteur. Il m’a fallu attendre la fin pour que la tension arrive et que des questions se posent vraiment. Hélas les réponses viennent un peu trop vite. Un roman d’ambiance n’empêche pas le suspense et c’est vraiment ce qui m’a manqué dans cette lecture que j’attendais haletante par sa couverture, son résumé et la collection dans laquelle elle est éditée.

Le sujet abordé est très intéressant et aurait mérité un peu plus de soupçons et d’approfondissement au fil du récit, pour ajouter des questionnements et des doutes aux lecteurs.

Bref, je suis passée à coté de ce roman moderne sur les communautés autosuffisantes, rare dans le thème de fond.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.