Les Rats, la trilogie de James Herbert

Ma note : 4,75/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titres : Les rats, Le repaire des rats, L’empire des rats
Auteur : James Herbert
Éditeur grand format : Bragelonne
Date de sortie : 1974, 1979, 1984
Nombre de pages : 634 pages

Résumé : Ils ont appris à vivre dans l’ombre. A ne sortir que la nuit et à craindre les hommes.
Mais aujourd’hui, ils ont pris conscience de leur force et, à leurs dents tranchantes comme des rasoirs, ont ajouté de nouvelles armes : l’horreur qu’inspire leur multitude grouillante…
Et leur goût pour la chair humaine.

Ce que j’en ai pensé

Vous voulez du roman horrifique old school et diablement efficace ? La trilogie des rats est parfaite pour vous ! Les rats, Le repaire des rats et L’empire des rats, écrits respectivement en 1974, 1979 et 1984 par James Herbert forment le grouillant récit de rats mutants dans le Londres des années 70 et 80. Bragelonne a regroupé ces trois ouvrages dans un seul tome formant ainsi une œuvre magistrale et incontournable !

Les deux premiers romans sont écrits de la même manière et se ressemblent. Le troisième se distingue par sa particularité scénaristique. Les trois histoires ne se recoupent qu’avec les rats. Les personnages sont uniques à chaque histoire. Dans le premier tome, on fait la connaissance de ces bestioles terrifiantes qui se délectent de la viande humaine, vivante de préférence. Des rats agressifs qui n’hésitent pas à attaquer pour se nourrir. Les scènes sont de plus en plus gores au fil des romans ! Adepte de ce genre de littérature, j’en ai trouvée certaines bien crades digne d’un bon film d’horreur ! Et si je parle de film c’est aussi parce que l’écriture de James Herbert est très cinématographique ! J’ai visualisé chaque scène d’attaque, de poursuite et de… repas dans le plus infime détail sanglant. De quoi faire froid dans le dos ! Et c’est exactement ce qu’on cherche en lisant ce genre de livres !

Cette trilogie m’a habitée complètement. J’ai lu rats, j’ai pensé rats, j’ai vécu rats, j’ai rêvé rats ! J’en voyais partout et j’ai souvent sursauté en voyant un de mes chats passer dans mon champ de vision sans prévenir !

Bref, un roman horrifique classique des années 70 et 80, immersif à souhait et grouillant des rats ! À dévorer !