Seul le silence de RJ Ellory

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Seul le silence
Auteur : RJ Ellory
Éditeur grand format : Sonatine
Date de sortie grand format : 28 août 2008
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 26 août 2009
Nombre de pages : 604 pages

Résumé : Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps d’une fillette assassinée. Une des premières victimes d’une longue série de crimes.
Des années plus tard, alors que l’affaire semble enfin élucidée, Joseph s’installe à New York. Mais, de nouveau, les meurtres d’enfants se multiplient…
Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante.

Ce que j’en ai pensé

RJ Ellory est un merveilleux conteur. Un conteur de vie sans pareil. Ses histoires emportent dès la première phrase et bouleversent jusqu’à la dernière. Dans ce premier roman paru en France, on rencontre Joseph Vaughan. Une rencontre inoubliable !

On est au cœur de la Géorgie en 1939. Joseph est un jeune garçon curieux et dynamique. Il vit avec sa mère et côtoie son institutrice qui voit en lui un talent d’artiste. Les deux femmes sont deux moteurs pour lui, elles le poussent à croire en lui et à écrire. Mais la vie n’est pas si joyeuse dans cette petite ville américaine. La guerre gronde en Europe et plus localement une petite fille est retrouvée sauvagement assassinée. Puis une deuxième. Et encore une autre.

Joseph grandit malgré les aléas de la vie. Il devient adolescent puis adulte. La Mort le suit de près depuis des années. Naturelle ou de la main de l’Homme, Joseph a beau tenter de sauver les fillettes de la ville, rien n’y fait. Pourtant ce combat pour sauver de futures potentielles victimes et ces meurtres ignobles hante son esprit et toute sa vie.

Ce roman est un pur roman noir américain, comparé aux œuvres de Truman Capote pour l’ambiance et l’atmosphère qui y règnent. On est plongé au cœur de l’Amérique des années 40 et les suivantes avec un réalisme saisissant ! On y croise de nombreux auteurs de l’époque, cités par les personnages. Ce paysage narratif rend le récit encore plus fort et augmente aussi la puissance des personnages qui l’habitent. C’est un récit dense, merveilleusement écrit. Un récit qui secoue et remue comme rarement. Tout cela grâce à la superbe plume de l’auteur !

Bref, un roman qui laisse des traces et un Joseph Vaughan mémorable !