Trois jours et une vie de Pierre Lemaître

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Trois jours et une vie
Auteur : Pierre Lemaître
Éditeur grand format : Albin Michel
Date de sortie grand format : 2 mars 2016
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 22 mars 2017
Nombre de pages : 320 pages

Résumé : « À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien. »

Ce que j’en ai pensé

Décembre 1999, Beauval. Le petit Antoine, 12 ans, vit sa vie de jeune adolescent de campagne. Il a construit sa cabane dans les bois, court après les filles de sa classe, se chamaille avec certains camarades, joue avec le chien des voisins… la vie est calme et tranquille comme dans toute ville de province. Vue de loin. Un beau jour, c’est l’accident et Antoine tue le petit Rémi sans le vouloir.

On va suivre l’enquête et les recherches du petit garçon que personne ne retrouve. Mais on suit surtout l’angoisse d’Antoine de se faire prendre. Remord, tristesse, terreur. La vie du jeune Antoine n’est plus si calme ! Bien évidemment vous aurez noté la date de la tempête de 1999 qui a ravagé la France. J’ai trouvé intéressant d’utiliser cette catastrophe naturelle qu’on commence à oublier.

J’ai eu un peu de mal à m’attacher à Antoine mais le récit à la troisième personne y est pour beaucoup. C’est aussi sûrement voulu par l’auteur qui maîtrise la langue française avec talent ! Antoine est le personnage par qui nous vivons l’action. À travers son regard et son analyse des événements, on a une vision différente que celle d’un adulte. Cela donne un point de vue intéressant et centré fortement sur ses angoisses de jeune garçon. Encore une fois j’ai été emportée par la plume de l’auteur et son récit noir.

Bref, un Pierre Lemaître sombre sur le terrassement de la culpabilité. Un récit plutôt angoissant !