L’Ogre de Louis de Mauboy

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : L’Ogre
Auteur : Louis de Mauboy
Éditeur grand format : Autoédition
Date de sortie grand format : 29 août 2019
Nombre de pages : 389 pages

Résumé : C’est l’été et la cité des toboggans bleus est sur le point de s’enflammer. A l’ombre des bâtiments, Kader et Suleïman jouent au foot à longueur de journée. Stéphane qui a d’autres centres d’intérêt leur fait découvrir Facebook. Dévorés par les démons de la puberté, les trois garçons y font la connaissance de Lydia. Ils ne se doutent pas du piège dans lequel ils sont sur le point de tomber.
La jeune fille est-elle vraiment celle qu’elle prétend ?

Ce que j’en ai pensé

L’Ogre fait du trafic d’enfants sur le Darknet. C’est dit ! Et avec ce genre de thème ultra sensible, je préfère prévenir car ce n’est pas à mettre entre toutes les mains. Soyez préparés ! Sans en rajouter des caisses sur le côté violent, toutefois très présent, Louis de Maubroy aborde ce sujet brutalement mais avec justesse.

Tout commence par un été ordinaire dans une cité. Trois jeunes garçons profitent du soleil, du foot et des jeux vidéos. Kader, Suleïman et Stéphane ne se lâchent pas. Quand Stéphane reçoit une demande d’amis Facebook de Lydia, un peu plus âgée et assez entreprenante, les jeunes adolescents qui découvrent leurs sexualités sont en effervescence. Mais Lydia n’est pas qui elle prétend et les trois jeunes se retrouvent kidnappés par l’Ogre.

L’auteur passe aisément du « parler jeune » ponctué de wesh, gros et frère, au langage courant pour la narration. Des dialogues qui peuvent lasser mais pas plus que dans la rue : on s’y croit ! Tout le passage dans l’antre de l’Ogre est impitoyable. Autant que la triste réalité du trafic d’enfants.

Petit bémol sur la version actuelle qui comporte beaucoup d’erreurs typographiques qui peuvent sortir du fil du récit. La qualité de la plume et l’intensité cette macabre histoire m’a fait mettre cela de côté mais pas sans effort.

Bref, un excellent premier roman sur un sujet difficile. Une lecture en souffrance mais sans gratuité.