La route de Cormac McCarthy

Ma note : Coup de coeur

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : La route
Auteur : Cormac McCarthy
Éditeur grand format : Éditions de l’Olivier
Date de sortie grand format : 2 janvier 2008
Éditeur poche : Points
Date de sortie poche : 7 mai 2009
Nombre de pages : 256 pages

Résumé : L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d’objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l’humanité. Survivront-ils à leur voyage ?

Ce que j’en ai pensé

Mais quelle claque ! J’ai lu pas mal de romans postapocalyptiques. C’est souvent un peu les mêmes choses qui reviennent mais je suis rarement scotchée.

Le monde n’est plus. Il ne reste que le froid, de la cendre à perte de vue et pas âme qui vive. Sauf un père et son fils. On ne connaîtra jamais leurs prénoms. Deux personnages sans nom, une histoire classique : la survie parmi le néant. Mais le style merveilleux de Cormac McCarthy en fait un chef-d’oeuvre ! Ce roman m’a oppressée dès le début. Cours mais dense, j’ai souffert du froid, de la faim et de la peur avec l’homme et le petit, ainsi sont-ils appelés. Ils ont leurs affaires dans un caddie, qui est presque un troisième personnage. Ils font route vers le sud pour échapper aux hivers mortels. Leur route est parsemée d’embûches, mauvaises rencontres et nourriture manquante. Une marche contre la mort.

Pour ce récit, l’auteur a reçu le Prix Pulitzer et c’est amplement mérité. Une histoire simple de marche et recherche de nourriture avec deux personnages anonymes doit être parfaite pour fonctionner. Elle l’a été pour moi et j’en ressors chamboulée !

Bref, un excellent roman postapocalyptique et une histoire de survie, d’amour d’un père et son fils. Une histoire qui prend aux tripes !