Oxymort de Franck Bouysse

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Oxymort
Auteur : Franck Bouysse
Éditeur grand format : Moissons noires
Date de sortie grand format : 12 mars 2019
Éditeur poche : J’ai Lu
Date de sortie poche : 4 mars 2020
Nombre de pages : 224 pages

Résumé : Un homme s’éveille, enchaîné sur la terre battue d’une cave où règne un effroyable silence. Engourdissement, incompréhension. Qui ? Pourquoi ? La seule façon de repousser son désespoir, de lutter, est de remonter le temps, errer dans les corridors de sa mémoire et chercher à comprendre, en allant de piste en piste, pour tenir en laisse la folie. Guetter l’apparition d’une femme, au moment où les ombres s’étirent dans le crépuscule. Jouer la musique de sa survie.

Ce que j’en ai pensé

J’ai découvert la plume de Franck Bouysse avec Né d’aucune femme, son dernier roman à l’heure où j’écris cette chronique. J’ai tout de suite été ensorcelée par sa plume et j’ai acheté plusieurs de ses œuvres.

Oxymort vient de sortir en poche et ce n’était pas forcement celui que je voulais lire ensuite. Mais le confinement m’a donné envie d’un huis-clos. Pour une réelle immersion (même si je ne confine pas dans ma cave) !

Louis se réveille dans une cave humide, sol en terre battue, pas de lumière et il est seul. Par une trappe, son ravisseur le nourrit et lui donne de l’eau. Mais aussi un papier et un stylo. Et une énigme à résoudre. Pourquoi Louis ? C’est bien ce qu’il se demande. Pour tenter de comprendre ce qu’il fait enfermé par un taré dans une sombre cave, il emprunte le chemin de Memory Lane (la Route des Souvenirs, mais je préfère l’expression anglaise. Call me JCVD).

On oscille donc entre passé et présent. On suit Louis et ses souvenirs de sa vie de prof. Son job, ses amis, ses proches, ses idées d’indices, son incompréhension, ses suppositions…

Bref, un huis-clos pas si huis-clos que ça mais la même plume enchanteresse de Franck Bouysse. Un récit et une histoire somme toute assez classiques mais magnifiée par le style de l’auteur. Vivement la lecture des autres qui patientent dans ma PAL !