L’île du Diable de Nicolas Beuglet

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : L’île du Diable
Auteur : Nicolas Beuglet
Éditeur grand format : XO Editions
Date de sortie grand format : 19 septembre 2019
Nombre de pages : 320 pages

Résumé : La vengeance est affaire de mémoire

Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche…
Des extrémités gangrenées…
Un visage figé dans un rictus de douleur…

En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse.
Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ?
Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant.
Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ? Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ?

Après Le cri et Complot, Nicolas Beuglet nous livre un thriller glaçant, exhumant des profondeurs de l’histoire un événement aussi effrayant que méconnu. Il nous confronte à une question vertigineuse : quelle part de nos ancêtres vit en nous, pour le meilleur et pour le pire ?

Ce que j’en ai pensé

Sans avoir lu les deux romans précédents, vous pouvez lire celui-ci (mais vous serez spoilé sur la vie de l’inspectrice Sarah Geringën par une page qui récapitule les événements la concernant). Dans les deux romans précédents, en parallèle de l’enquête ou dans l’enquête, l’auteur nous faisait découvrir des faits réels méconnus et surprennant (TOUTES les femmes doivent lire Complot !). Ce roman garde cette « patte » de Nicolas Beuglet et nous emmène encore dans les tréfon d’un moment historique terrifiant.

Le roman se déroule en deux parties. Si vous avez lu le résumé, vous savez que Sarah, laissée en facheuse position à la fin de Complot, apprend l’assassinat de son père. Officieusement mise sur l’enquête, elle va encore prendre cher de chez cher ! Nicolas aime se défouler sur la pauvre Sarah !

Comme dans les précédents, on voyage encore beaucoup dans ce récit et Nicolas Beuglet nous emmène dans des contrées aussi glaciales que leur passé ! Un fait historique réel est utilisé pour le récit et expliqué en fin de roman et un fait scientifique également. Deux pour le prix d’un !

J’ai dévoré ce troisième opus en une journée ! Ca file tout seul et surtout, je voulais savoir ce que l’auteur nous préparait comme révélation ! J’ai préféré Complot mais j’ai adoré celui-ci tout comme Le Cri, le tout premier roman.