HS 7244 de Lorraine Letournel Laloue

Ma note : 5/5 Coup de coeur

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : HS 7244
Auteur : Lorraine Letournel Laloue
Éditeur grand format : Belfond
Date de sortie grand format : 27 juin 2019
Nombre de pages : 288

Résumé : Lorsque Marius se réveille dans cette cellule froide et puante, ses derniers souvenirs sont ceux d’une soirée arrosée et joyeuse avec Camille, l’amour de sa vie. Après Saint-Pétersbourg et Moscou, leur voyage à travers la Russie les avait conduits dans un petit bar de Grozny. Des vacances en amoureux, cela avait commencé comme ça…
Aujourd’hui, Marius est enfermé, il a tout perdu, à commencer par ses droits. Il entend des hurlements, des hommes sont torturés. On les accuse d’être malades, contagieux. Dans cette prison non officielle, ils font l’objet d’expériences médicales, menées par ceux qui veulent trouver l’origine de leur mal et surtout un remède à ce fléau.
Avec l’histoire de Marius, inspirée d’un drame 

Ce que j’en ai pensé

Pour son premier roman Lorraine Letournel Laloue frappe très fort et là où ça fait mal. Et en plus, on aime ça !

Tout d’abord, et c’est précisé juste avant le début du récit, cette histoire noire est tirée de fait réel. En général, ça rajoute un degré d’horreur comme les ouvrages des spécialistes des serial killers qui racontent la vie et les agissements de tel ou tel tueur parce que c’est vrai et qu’on ne peut pas se cacher derrière le masque de la fiction. La seule différence ici c’est la très légère liberté fictionnelle, sur les personnages notamment.

Marius est en vacances avec Camille, l’amour de sa vie. Ils sont en Russie et après un passage dans un bar de Grozny, c’est le black out. Marius se retrouve enfermé dans une prison étrange. Et sans Camille. Les matons sont d’une méchanceté crasse et se défoulent sur les prisonniers. Très vite, il rencontre son voisin de cellule, Sylain, un Belge qui lui explique que pour survivre et éviter un maximum les coups, il doit se taire et faire ce qu’on lui demande. Ils servent aussi de sujets d’expérience scientifique qui rappellent une bien sombre époque. Mais ce récit se déroule de nos jours, tout comme le fait dont il est inspiré.

Je ne peux rien dévoiler de plus mais je peux vous dire qu’un roman m’a rarement foutu autant de tartes monumentales dans la gueule et de coups au coeur. C’est violent, mais pas gratuitement et ce n’est pas ce qui m’a le plus dérangée. Ce roman est un coup de coeur pour le combat de Marius dans ce camp slave, c’est un coup de coeur pour la dénonciation, c’est un coup de coeur pour la mise en lumière de ce fait qui est passé tristement bien rapidement aux infos, c’est un coup de coeur car c’est un roman d’utilité publique, un peu comme le dernier roman de Karine Giebel qui dénonce l’esclavage moderne (Toutes blessent, la dernire tue) ou l’Etoile du Nord de D. B. John qui parle de la vie misérable et d’esclave des Coréens du Nord. Lisez-le pour savoir dans quel monde vous vivez et ce qui s’y déroule pas loin de chez vous.