Catégories
Luciole chroniqueuse

3096 jours de Natascha Kampusch

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : 3096 jours
Auteur : Natascha Kampusch
Éditeur grand format : JC Lattès
Date de sortie grand format : 2010
Éditeur poche :
Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 2011
Nombre de pages : 320 pages

Résumé : Le 2 mars 1998, la jeune Natascha Kampusch va pour la première fois à l’école à pied. Elle est enlevée sur la route par Wolfgang Priklopil, un ingénieur électricien d’une trentaine d’années. Elle réussira à s’échapper après 3096 jours.Voici le récit de cette captivité terrible : pendant dix ans, elle restera enfermée dans une pièce de 5 mètres carrées, la plupart du temps dans le noir et pendant les six années suivantes elle sera son esclave domestique.Sous le joug de la violence et surtout d’un terrible harcèlement psychique de son agresseur, elle réussira à résister à sa séquestration et à s’enfuir.

Ce que j’en ai pensé

J’ai vu passer cet ouvrage à mes débuts sur Instagram. À l’époque je n’ai pas voulu le lire parce que les faits divers aussi terrifiants que celui-ci m’angoissaient avant même la lecture. Aujourd’hui je le prends différemment, notamment parce que je savais que ce texte a été une sorte de catharsis pour Natascha Kampusch.

Tout, absolument tout, est flippant dans ce livre. Natascha y raconte son enfance avant l’enlèvement, l’enlèvement lui-même et les huit années et quelques vécues séquestrée par son ravisseur. J’ai trouvé intéressant d’avoir un réel point de vue de victime et son ressenti pendant toutes ces années, et pas des analyses de psy ou scientifiques qui n’auraient jamais vécu la même chose. Natascha raconte tout ce qu’elle a vécu : l’enfermement dans son cachot sous terre, l’emprise mentale et physique de son ravisseur, la violence et les coups, les humiliations… 3096 jours emprisonnée par un autre, le seul adulte de son monde. Elle raconte aussi sa libération, la police, la presse, sa famille.

J’ai été chamboulée par cette lecture. Très touchée par les mots de Natascha Kampusch qui partage huit années d’horreur avec nous. Savoir que tout ce qui est entre ces pages s’est réellement passé fait froid dans le dos. Je me suis mise à sa place, autant que faire se peut, et je me suis souvent demandé comment j’aurais réagit ou vécu les choses. C’est profondément dérangeant de se dire que le mal si violent n’est vraiment pas loin.

Bref, ça secoue !

4 réponses sur « 3096 jours de Natascha Kampusch »

J’étais en train de penser à toi et à ce livre. Et tu arrives avec ta chronique. Il ne faut jamais dire fontaine… Je le note. Merci à toi Lucile

Répondre à Loeildeluciole Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :