Catégories
Luciole chroniqueuse

Tu ne te souviendras pas de Sebastian Fitzek

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Tu ne te souviendras
Auteur : Sebastian Fitzek
Éditeur grand format : L’Archipel
Date de sortie grand format : 2011
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 2012
Nombre de pages : 408 pages

Résumé : Célèbre avocat berlinois, Robert Stern a rendez-vous avec l’une de ses anciennes maîtresses dans une friche industrielle désaffectée. Elle vient accompagnée de Simon, 10 ans, qui s’accuse de sept meurtres… perpétrés quinze ans plus tôt ! Inconcevable. Et pourtant, sur les indications du garçon, Stern découvre un premier cadavre, celui d’un homme que Simon prétend avoir assassiné à coups de hache. Tout aussi incroyable, ce DVD que Stern reçoit le lendemain, une vidéo récente montrant, en pleine santé, son fils qu’il croyait mort. Hallucination ? Manipulation ? Délire paranoïaque ? Toutes les certitudes de Stern volent en éclats. Et cette voix qui lui demande : croyez-vous à la réincarnation ?

Ce que j’en ai pensé

Je termine mon cinquième roman de Sebastian Fitzek sur une même note que les quatre précédents : canon !! Avec Lucie, on poursuit notre découverte de l’auteur en LC. Nos enquêtes sont fournies ! Mais cette fois on s’est fait avoir sur tous les plans ! Et ça, on adore !

Robert Stern est un avocat pénaliste berlinois. Il y a dix ans, son fils Félix est décédé de la mort subite du nourrisson. Depuis, il sur-vit et se noie dans son travail. Carina, une ex, le contacte un jour et lui propose un rendez-vous mystérieux. Il y rencontre Simon, dix ans (coïncidence ?). Celui-ci avoue à l’avocat avoir tué plusieurs personnes. Il y a quinze ans ! Impossible ? L’avocat est cartésien et ne croit pas une seconde ce récit absurde. Sauf qu’il retrouve un corps, puis deux, exactement comme les avait décrits Simon.

Je vous rassure tout de suite : il n’y a pas un soupçon de fantastique dans ce récit ! Tout a une explication rationnelle. C’était notre grosse crainte. Car à ceci s’ajoute un autre élément étrange. Stern reçoit un DVD montrant son fils Félix, vivant, de nos jours. Réincarnation ? Le maître chanteur qui lui a envoyé lui promet de dévoiler la nouvelle adresse de Félix si Stern découvre qui a tué ces salauds plus d’une décennie plus tôt. Car, oui, tous les cadavres dont parle Simon était des assassins !

Côté rythme, on est sur un bon diesel. Le démarrage a été poussif. Mais les rebondissements ont commencé à fleurir et la deuxième moitié de ce roman en six parties décoiffe tout ! À partir de là impossible de s’arrêter ! La tournure devient immonde et glauque, pour notre plus grand bonheur !

Bref, vivement le prochain Fitzek !

Une réponse sur « Tu ne te souviendras pas de Sebastian Fitzek »

J’ai lu ta chronique hier Lucile et me revoilà. Ça passe pas toujours internet en pleine campagne. Vous me faites rire avec vos enquêtes, toutes les deux. Allez zou, vivement le prochain. Bises

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :