Catégories
Coups de Cœur de Luciole Luciole chroniqueuse

On était des loups de Sandrine Collette

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : On était des loups
Auteur : Sandrine Collette
Éditeur grand format : JC Lattès
Date de sortie grand format : août 2022
Nombre de pages : 198 pages

Résumé : Ce soir-là, quand Liam rentre des forêts montagneuses où il est parti chasser, il devine aussitôt qu’il s’est passé quelque chose. Son petit garçon de cinq ans, Aru, ne l’attend pas devant la maison. Dans la cour, il découvre les empreintes d’un ours. À côté, sous le corps inerte de sa femme, il trouve son fils. Vivant. Au milieu de son existence qui s’effondre, Liam a une certitude. Ce monde sauvage n’est pas fait pour un enfant. Décidé à confier son fils à d’autres que lui, il prépare un long voyage au rythme du pas des chevaux. Mais dans ces profondeurs, nul ne sait ce qui peut advenir. Encore moins un homme fou de rage et de douleur accompagné d’un enfant terrifié.

Ce que j’en ai pensé

Qu’est-ce que j’aime Sandrine Collette ! A chaque parution, j’espère aimer encore, j’ai peur d’être déçue, de ne pas me faire attraper par sa plume. La crainte s’est estompée page 11 (la première du bouquin) en toute subjectivité et quelques dizaines de pages plus loin pour l’objectivité !

Liam vit dans la forêt avec sa femme Ava, en autosuffisance. Ils vivent de la chasse de Liam qui traque, piste et rapporte pitance et peaux. Juste de quoi vivre et survivre en plus des récoltes de la ferme. Un jour Ava rêve d’un enfant. Liam, contraint, se laisse amadouer. Ainsi nait Aru. Petit bonhomme qui guette son père quand celui-ci s’en va avec les chevaux. Un petit être avec qui Liam n’a pas de lien. Mais un jour alors que Liam revient de la chasse, Aru ne l’attend pas. Et pour cause, le petit garçon est bloqué sous le corps de sa mère qui n’a pas survécu à l’attaque d’un ours. Après une mûre et rapide réflexion, Liam se rend compte que garder avec lui un enfant de cinq ans alors qu’il doit partir chasser le gibier souvent n’est pas envisageable. Même s’il l’aime, il décide d’aller le confier à de la famille dans la vallée. Il n’est pas prêt à changer de vie pour Aru. Ils partent donc tous les deux, à cheval pour un long périple où la parentalité et la paternité vont faire leur chemin, sinueux, entre ces deux individus qui s’apprivoisent.

Plus que l’histoire, ce sont les mots qui frappent, émeuvent, touchent. J’ai souri, j’ai eu peur, j’ai été peinée. Mais j’ai surtout terminé le roman sous une tension extrême que je lis rarement ! J’ai eu l’impression de retrouver la relation père/fils de la Route de Cormac McCarthy. Ce lien qui n’est pas inné pour un homme. Liam découvre au bout de cinq ans qu’il a un fils, qu’il aime ce fils même si son mode de vie l’empêche de le garder avec lui. La relation grandit entre eux deux et tout le dernier tiers du récit se lit en apnée totale ! Et le pire c’est que je ne peux rien vous en dire de plus !

Bref, lisez Sandrine Collette !

3 réponses sur « On était des loups de Sandrine Collette »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :