Catégories
Coups de Cœur de Luciole Luciole chroniqueuse

Dans les brumes de Capelans d’Olivier Norek

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Dans les brumes de Capelans
Auteur : Olivier Norek
Éditeur grand format : Michel Lafon
Date de sortie grand format : avril 2022
Nombre de pages : 430 pages

Résumé : Une île de l’Atlantique battue par les vents, le brouillard et la neige. Un flic qui a disparu depuis six ans et dont les nouvelles missions sont classées secret défense. Sa résidence surveillée, forteresse imprenable protégée par des vitres pare-balles. Une jeune femme qu’il y garde enfermée. Et le monstre qui les traque. Dans les brumes de Capelans, la nouvelle aventure du capitaine Coste se fera à l’aveugle.

Ce que j’en ai pensé

Six ans sans nouvelle d’un pote c’est long ! Et c’est le nombre d’années que nous avons passé sans savoir ce que le capitaine Victor Costes était devenu ! Olivier Norek avait été catégorique : « je n’ai plus rien à lui faire dire, il a déjà raconté tout ce qu’il devait ». Mais c’est sans compter un fabuleux changement d’avis de l’auteur !

Pour ce quatrième volume des aventures de Costes, qui divulgache un poil la fin de la trilogie mais seulement dans les grandes lignes, on traverse l’océan Atlantique et on atterrit à Saint-Pierre-et-Miquelon. Une île minuscule de 25 kilomètres carrés où Costes vit dorénavant. A la fin de la trilogie du 93 (que vous devez absolument lire si ce n’est pas déjà fait), on quitte un Costes détruit par la vie et on le retrouve dans le même état six ans plus tard loin de tout et tous. Il a intégré le programme de protection des témoins et est spécialisé dans les repentis plutôt que les victimes, qu’il accueille dans sa maison ultra protégée avant qu’on leur donne une nouvelle identité. Mais une vieille connaissance veut jouer sur sa corde sensible et lui colle la jeune Anna, rescapée de dix ans de captivité par un serial killer et en danger car le tueur court toujours.

En France métropolitaine, la police traque depuis dix ans un tueur insaisissable. Il a kidnappé neufs adolescentes qu’il a séquestrées puis tuées, entre autre joyeusetés. Anna est découverte avec la dernière victime. L’enquête piétine. Toutes les victimes non pas été retrouvées et la mission de Costes est de mettre en confiance Anna et de la faire parler de son ravisseur, ses conditions de détentions… Tout ce qui pourrait donner des pistes et indices à transformer en preuves.

Entre continent et île, la lecture file sous la plume d’Olivier Norek que j’ai toujours plaisir à retrouver. La construction du récit est inhabituelle et donne un souffle d’action au récit. Les cliffhangers de fin de partie rendent le roman totalement addictif. Comme une fin de saison de série, j’ai voulu absolument lire la suite à chaque fois et je me suis retrouvée à dévorer le roman en ce Lundi de Pâques.

Le fin mot de l’histoire avait été compris par ma grande habitude des polars (ou mon côté lectrice psychopathe plus probablement) mais sans gâcher le plaisir ! Car je voulais savoir comment le méchant, d’un sadisme sans nom, allait être révélé aux lecteurs ! De manière grandiose et dans final en huis-clos dans les brumes de Capelan. Un mystère météorologique spécifique à l’île.

Bref, c’était le pied !

3 réponses sur « Dans les brumes de Capelans d’Olivier Norek »

Répondre à Luciole Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :