Catégories
Luciole chroniqueuse

À la lumière de la nuit d’Ilaria Tuti

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : À la lumière de la nuit
Auteur : Ilaria Tuti
Éditeur grand format : Robert Laffont, collection La Bête Noire
Date de sortie grand format : 2021
Nombre de pages : 240 pages

Résumé : Atteinte d’une maladie rare et condamnée à l’obscurité, Chiara, huit ans, fait des rêves aussi étranges qu’effrayants : dans la forêt qui jouxte sa maison, elle voit un arbre couvert de mystérieuses inscriptions au pied duquel repose un cœur d’enfant.
Chiara est convaincue que son rêve fait écho à des événements réels. Terrifiés, ses parents contactent la police, lançant la commissaire Battiglia sur les traces d’un passé tourmenté.
Dans cette région d’Italie où la terre est brûlante, seuls peuvent enquêter ceux qui survivent à la lumière de la nuit…

Ce que j’en ai pensé

Ce troisième volume se déroule entre les deux premiers. Je vous conseille de lire Sur le toit de l’enfer pour rencontrer Teresa Battaglia et ne pas vous spoiler la fin. Il y a quelques clins d’œil dans celui-ci. Dans ce second/troisième, Teresa plonge encore dans le passé, l’Histoire et le féminisme.

Accompagnée de son inspecteur Massimo Marini, Teresa, toujours commissaire et toujours atteinte d’Alzheimer, mène une enquête en sous-marin. Chiara, 9 ans est atteinte d’une maladie génétique qui l’empêche de s’exposer à la lumière. Elle a trouvé la tombe d’un enfant en farfouillant dans son jardin. Rêve ou réalité ? La petite fille est un peu paumée. Troublée par sa découverte et la difficulté de sa maladie. Mais Teresa est une oreille attentive et très attentionnée avec les enfants. Sujet sensible pour elle.

Teresa et Massimo vont revenir à l’époque des fuites de réfugiés de guerre à la fin des annees 90 et la route des balkans. Hélas d’actualité même s’il s’agissait d’autres guerres. Encore une fois, l’enquête est secondaire. La relation professionnelle et naissante entre Teresa et Massimo est touchante. La partie historique mise en lumière par le « rêve » de Chiara est une ode à l’humanité. La femme y a encore une place de choix.

Bref, un quatrième roman semble en cours et c’est plutôt une bonne nouvelle !

5 réponses sur « À la lumière de la nuit d’Ilaria Tuti »

Forcément, s’il était dans ta pal, je comprends ton obligation de le lire. J’ai les deux premiers, mais hier soir, c’est le second que j’ai attrapé. J’ai retrouvé le premier ce matin.
Miss Bordélique je suis. Des bises Lucile

Vais les lire dans l’ordre, avec le bazar que j’ai fait, autant que je fasse ça dans l’ordre.

Répondre à Luciole Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :