Catégories
Luciole chroniqueuse

Cannibales de Régis Jauffret

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Cannibales
Auteur : Régis Jauffret
Éditeur grand format : Seuil
Date de sortie grand format : 2016
Éditeur poche : Points
Date de sortie poche : 2017
Nombre de pages : 192 pages

Résumé : Noémie a quitté Geoffrey. Elle s’en plaint à son ancienne belle-mère, Jeanne, et trouve chez elle un soutien. Dans des lettres passionnées, l’amante bafouée et la génitrice furieuse rêvent de vengeance, prévoyant de sacrifier l’odieux représentant de la race pénienne. Ensemble, elles rêvent de le tuer, de le faire rôtir, de se repaître de ses chairs persillées…

Ce que j’en ai pensé

Vous voulez de l’immoral ? En voici en voila ! Pas une page n’en manque dans de roman noir épistolaire de Régis Jauffret !

Noémie a rompu avec Geoffrey. Vexée et bafouée qu’il ne rampe pas lamentablement à ses pieds depuis la rupture, elle commence à se plaindre auprès de Jeanne, la mère de Geoffrey. Celle-ci est bien d’accord, son fils est un goujat et soutient Noémie. Très vite, leur projet commun est lancé. Geoffrey doit mourir. Ou souffrir. Ou les deux. Elles règlent les détails par courrier interposé et arrivent très vite à la conclusion que Geoffrey ferait un délicieux repas. J’ai prévenu, c’est amoral !

Heureusement la plume grinçante et cynique de l’auteur est là pour tenir la haute qualité de ce roman. N’importe qui ne peut pas écrire ce genre de récit, avec humour et sans grotesque. J’ai découvert Régis Jauffret avec Claustria qui romance l’histoire vraie du monstre Josef Fritzl. Ici, on est dans de la pure fiction mais on reste dans le noir très très sombre. Chaque chapitre est une lettre envoyé entre Jeanne et Noémie et inversement. Le roman, court et rythmé, est une ode à l’humour noir.

Âmes sensibles s’abstenir ! Bien qu’aucun passage ne soit gore, sanguinolent ou plein de tripailles à l’air, les imaginations du futur repas cannibale des deux femmes peuvent tordre quelques estomacs.

Bref, bon appétit !

4 réponses sur « Cannibales de Régis Jauffret »

C’est bien d’avoir mis ton grain de sel sur la future recette, Lucile
Et pourquoi pas d’abord. Ça en ferait un de moins, même si c’est immoral.
J’ai déjà claustria dans ma pal grâce à toi.
Merci pour cette chronique aux petits oignons.

Répondre à laplumedelulu Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :