Catégories
Luciole chroniqueuse

Le goût du rouge à lèvres de ma mère de Gabrielle Massat

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Le goût du rouge à lèvres
Auteur : Gabrielle Massat
Éditeur grand format : Éditions du Masque
Date de sortie grand format : 2020
Éditeur poche : Points
Date de sortie poche : juin 2021
Nombre de pages : 528 pages

Résumé : Qui a assassiné Amy Colfer, proxénète notoire ? Telle est la question qui ne cesse de hanter son fils, Cyrus, depuis une quinzaine d’années. Un nouveau meurtre relance le cold-case. Le jeune homme décide alors de revenir à San Francisco, dans le milieu interlope qui était le sien. Guidé par une soif de vérité et de vengeance, Cyrus Colfer – mi-truand, mi-indic – mène l’enquête de son côté, avec détermination. À un détail près : il est devenu aveugle.

Ce que j’en ai pensé

Le titre et la couverture ont fait un premier boulot en captant mon intérêt immédiatement pour ce roman noir. La présentation de l’auteure, dans l’édition du Masque, a confirmé l’ambiance du titre : « Quand elle n’est pas occupée à martyriser ses patients [en kinésithérapie], elle écrit des romans noirs et les lit au crapaud qui vit dans son jardin ». Je veux dire, what else ? On a l’idée du degré d’humour, un titre intrigant autant que malsain et une couv colorée masquant ses côtés sombres. Si en plus, je vous dis que le contenu tient les promesses du contenant, ai-je vraiment besoin d’élaborer ? Allez, pour le fun !

Cyrus Colfer est orphelin, aveugle, champion de MMA et délinquant. Douze ans après l’assassinat sanglant de sa mère qui s’est pris des dizaines de coups de couteau, il est subitement rattrapé par son passé et son enfance. Sa mère était une proxénète notoire à San Francisco, ancienne prostituée qui a pris du gallon et navigue au sein d’une grande organisation criminelle. Cyrus aurait pu devenir un grand gangster s’il n’était pas devenu aveugle. Il vit donc de deals de drogue à San Diego, loin de son passé tumultueux. Mais c’est sans compter une visite surprise de la police de Frisco qui vient poser quelques questions et réveiller des vieux démons. Cyrus devient leur indic et mène enfin l’enquête qu’il aurait dû mener depuis des années : qui est l’assassin de sa chère mère ?

Alors, attention, ça dépote et Points cache bien le gros pavé avec ses petits caractères ! Mais il fallait au moins ça pour s’immerger à fond dans le passé et le présent de Cyrus et son chien Angus. Le retour au bercail ne se fait pas en douceur. On ne revient pas comme ça poser des questions à des proches du crime de San Francisco et aux plus grands mac de la ville ! Mais Cyrus sait se défendre. Et encaisser les coups ! Heureusement, parce qu’ils pleuvent autant que les mensonges, interrogatoires musclés, pièges et retournements de situation ! Ce n’est qu’à la fin fin qu’on peut enfin souffler après ce périple vécu auprès de notre héros attachant.

Bref, pour un premier roman, ça place le niveau direct ! J’en redemande !

3 réponses sur « Le goût du rouge à lèvres de ma mère de Gabrielle Massat »

Waaaazzzzzzzzaaaa. Je me demandais quand tu allais nous présenter une nouvelle chronique Lucile. C’est fait. Je le note. Merci à toi.

Répondre à laplumedelulu Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :