Catégories
Luciole chroniqueuse

Orphelines de Franck Bouysse

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Orphelines
Auteur : Franck Bouysse
Éditeur grand format : Moissons Noires
Date de sortie grand format : 2020
Éditeur poche : J’ai Lu
Date de sortie poche : mars 2021
Nombre de pages : 224 pages

Résumé : Une ambiance pesante et morose s’est installée sur la ville.
Un criminel tapi dans l’ombre observe et s’amuse avec les deux flics qui le poursuivent. La noirceur de son âme ne fait aucun doute depuis qu’un corps de femme massacré a été découvert…
Crime après crime, Bélony et Dalençon voient ce meurtrier leur glisser entre les doigts. Le capitaine Jacques Bélony, « vieux flic de la Criminelle », vient de perdre sa femme et sa fille dans un accident de voiture, tandis que Marie Dalençon, sa jeune collègue, subit les tourments de relations amoureuses chaotiques. Mais ils doivent coûte que coûte arrêter ce meurtrier qui s’attaque à des femmes isolées…

Ce que j’en ai pensé

Je ne me lasse pas de cette plume ! Franck Bouysse a un style bien à lui qui me touche énormément ! C’est bien simple, depuis ma lecture de Né d’aucune femme, j’ai commencé à acheter ses romans précédents au fil de mes balades en librairies ! Celui-ci était ma quatrième lecture et toujours une délectation.

Pour ce roman sorti en poche cette année, Franck Bouysse met de côté le roman noir et nous plonge dans un bon polar glauque. En 230 pages à peine, les policiers Bélony et Dalençon se retrouvent avec quatre cadavres torturés et sanglants à souhait et pas une piste ! Pourtant le tueur joue avec les flics en leur laissant des petits messages sur les scènes de crime.

Bélony, vieux briscard, est récemment veuf. Sa fille est également décédée, dans le même accident de voiture qui lui a pris sa femme. Il reprend du poil de la bête et Dalençon, sa jeune collègue est une bouffée de fraicheur et un moteur. Il est son mentor et ce rôle est sa nouvelle raison d’être. De son côté Dalençon a une vie morne que son métier pimente sacrément ! Entre deux assassinats et autopsies, l’auteur prend le temps de digresser sur la vie de nos deux héros. Ainsi, on s’attache vite à eux et on galère autant qu’eux avec pistes et indices.

Comme pour mes précédentes lectures, le style à la fois simple mais ultra percutant a fait son effet dès les premières lignes. J’ai eu l’impression d’être secouée en plein combat de boxe tout le long du récit. Et c’est positif ! Ça remue les tripes, ça perturbe mais c’est tellement bien écrit qu’on en redemande !

Bref, il m’en reste deux dans ma PAL. Le pied !

5 réponses sur « Orphelines de Franck Bouysse »

Pas encore. J’ai « glaise » dans ma pal et un second dont je ne me souviens plus du titre. Mais j’en ai deux, c’est certain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.