Catégories
Luciole chroniqueuse

American Predator de Maureen Callahan

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : American Predator
Auteur : Maureen Callahan
Éditeur grand format : Sonatine
Date de sortie grand format : novembre 2021
Nombre de pages : 368 pages

Résumé : Anchorage, sur les rivages glacés de l’Alaska. Dans la nuit du 1er au 2 février 2012, la jeune Samantha Koenig termine son service dans un petit stand de café battu par la neige et le vent. Le lendemain matin, elle n’est toujours pas rentrée chez elle. Une caméra de vidéosurveillance apporte vite la réponse : on y voit un inconnu emmener l’adolescente sous la menace d’une arme. Commence alors une véritable chasse à l’homme, qui permet au FBI de mettre la main sur un suspect potentiel, Israel Keyes. Un homme qui semble pourtant au-dessus de tout soupçon, honnête travailleur et père d’une petite fille.

Ce que j’en ai pensé

« Israël Keyes, le premier tueur en série en son genre du XXIe siècle ». Son nom ne vous dit rien ? Pourtant, il est aussi néfaste qu’un Ted Bundy. Là, ça vous parle plus déjà je suppose.

Maureen Callahan est journaliste américaine d’investigation. Dans cet ouvrage, elle nous présente ce serial killer inconnu et d’une intelligence dingue. Longtemps, le FBI a conservé les documents sur l’enquête d’Israel Keyes. Ils sont aujourd’hui rendu public. Et édifiant !

Le récit, absolument non-fictionnel, démarre à Anchorage, Alaska, où vit Israel. Un soir de 2012, il enlève Samantha, une jeune serveuse. L’enquête policière, puis incluant le FBI, avance tant bien que mal. Israel est très organisé, très pointilleux et ne laisse aucune trace sur son passage. C’est une arrestation de routine au Texas qui commencera à révéler l’ampleur de l’affaire ! Ou des affaires devrais-je dire.

Les deux premières parties sont axées sur l’enquête de la disparition de Samantha et les faits et gestes de Keyes à ce moment-là. Les parties suivantes sont constituées de la suite de l’enquête du FBI et notamment d’une partie des interrogatoires et la démonstration étonnante de contrôle de Keyes. Clairement un des plus dangereux, car prévoyant et organisé. Ayant beaucoup échangé avec les agents du FBI, le récit est très intéressant sur le plan enquête, en plus de l’établissement de l’état psychologique de Keyes.

C’est un récit glaçant, comme tous les essais sur les vrais serial killer. Mais celui-ci place la barre légèrement plus haut avec des victimes aléatoires, dans une grand majorité d’Etats et quasiment inattrapable (sauf un coup de chance des Rangers Texans). La journaliste entame son épilogue en disant que nous aurions tous et toutes pu être ses victimes.

Bref, si vous aimez les récits sur les tueurs en série, allez-y !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.