Catégories
Luciole chroniqueuse

Iboga de Christian Blanchard

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Iboga
Auteur : Christian Blanchard
Éditeur grand format : Belfond Noir
Date de sortie grand format : 2018
Éditeur poche : Points
Date de sortie poche : 2019
Nombre de pages : 288 pages

Résumé : Le verdict est tombé. Jefferson Petitbois, 17 ans, s’apprête à être exécuté. Dans le couloir de la mort, l’attente s’éternise jusqu’à ce que la grâce présidentielle transforme la peine en prison à perpétuité. Jeff se retrouve enfermé dans une cellule avec pour seule compagnie les matons, les fantômes de ses victimes et celui de Max. Son seul protecteur. Celui qui l’a initié à Iboga. Celui qui a fait de lui un meurtrier. Qui est-il vraiment ? Une victime ? Un monstre ? Ce livre raconte la vérité… La vérité selon Jefferson Petitbois.

Ce que j’en ai pensé

Jefferson Petitbois a 17 ans et il est déjà un meurtrier. Jeune pour assassiner et trop jeune pour mourir. Pourtant, le peuple, par la voix des jurés présents à son procès, l’a condamné à la peine de mort à la guillotine. Nous sommes en France en octobre 1980. Jefferson passera quelques mois dans le couloir de la mort à Fresnes pour finir gracié par François Mitterand, le nouveau Président de la République. Sa peine capitale est commuée en peine à perpétuité. La mort ou une vie enfermée, Jeff n’avait pas de préférence, incapable de savoir qu’elle serait la meilleure solution. De toute façon, on a choisi pour lui.

Avant son arrestation, Jeff a rencontré Max, son père de substitution, son mentor, son guide. Max a initié Jeff à l’iboga. Une drogue hallucinogène, libératrice. Max et iboga ont été les catalyseurs pour que la violence qui vivait en Jeff s’exprime et se révèle le plus atrocement. Son enfance faite d’abandon et de rejet, sans aucune trace d’amour ni de tendresse ne l’a pas aidé à canaliser cette rage en lui. Entre ses quatre murs, face à lui-même, Jeff nous raconte et se raconte. Sous la plume de Christian Blanchard, on plonge dans les ténèbres tourmentées de l’âme de Jeff. On s’attache à lui, on le déteste, on le plaint. Les sentiments sont multiples et contradictoires.

Le roman aborde en second thème le milieu carcéral français en commençant par un moment de l’Histoire ou les débats pro/anti peine de mort faisait rage et en poursuivant des décennies plus tard, sur les traces de Jeff et sa perpétuité en isolement. Cela donne un récit humain sur le plan individuel mais aussi collectif et forcément, il réveille des questions en nous, lecteurs, sur cet univers peu connu.

Bref, un auteur poignant !

7 réponses sur « Iboga de Christian Blanchard »

Je l’ai lu celui-là, il me semble avoir été un peu déçue par la fin. Ou je ne l’ai pas comprise tout simplement.
Des bises à toi Lucile.

Je trouve que cet auteur a des fins ouvertes qui ne me conviennent pas toujours. Mais qu’est ce qu’il écrit bien.

« Angkar » est absolument nécessaire à mettre dans ta pal et « seul avec la nuit ». Les deux devraient te plaire, Luciole.

Répondre à laplumedelulu Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.