Catégories
Coups de Cœur de Luciole Luciole chroniqueuse

L’espion français de Cédric Bannel

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : L’espion français
Auteur : Cédric Bannel
Éditeur grand format : Robert Laffont collection La Bête Noire
Date de sortie grand format : juillet 2021
Nombre de pages : 528 pages

Résumé : Il existe au sein de la DGSE une entité dédiée aux missions tellement sensibles qu’elles ne peuvent être confiées à ses membres officiels. Edgar, trente-trois ans, parisien, est l’un de ces agents de l’ombre très spéciaux. S’il tombe, il tombera seul.
Sa prochaine destination : la frontière entre l’Iran et l’Afghanistan. Là, dans une des tours du silence de l’antique foi zoroastrienne, sa cible l’attend.

Ce que j’en ai pensé

Entre la sortie du dernier James Bond cette semaine au cinéma et la récente prise de Kaboul par les talibans, je ne pouvais pas être plus au cœur de l’actualité avec L’espion français, le nouveau roman de Cédric Bannel !

Il est arrivé dans ma PAL au tragique moment où l’Afghanistan est tombé aux mains des djihadistes et il a fallu que j’espace ma lecture de cette terrible nouvelle. D’autant que j’ai déjà lu l’auteur et je connais le réalisme de ces écrits. Très très loin de l’univers Martini et gadgets de 007. Là, on est dans le vrai Kaboul et avec des vrais espions (fictifs toutefois).

Le récit se déroule entre la France et l’Afghanistan sur la même enquête. En France, Edgar, l’espion noir de la DGSE est sur l’affaire. Il agit en sous-marin, n’apparaît dans aucune note de service, aucun listing officiel. Il n’existe pas. Il n’est officiellement qu’avocat. Côté Afghanistan, j’ai retrouvé le qomaandaan Oussama Kandar. Il n’est pas nécessaire d’avoir lu les romans précédents même si je vous les conseille pour leur qualité. Edgar et Oussama, chacun à des degrés différents traquent la Veuve blanche, la Lionne. Une cheffe de djihadistes spécialisée dans les enlèvements violents. Ses dernières cibles ? Quatre jeunes infirmières japonaises vierges se sont écrasées en avion suite au hasard d’une panne en plein territoire afghan. Pas de bol ! Des femmes étrangères et pures, elles valent cher mais risquent gros et sont la cible de plusieurs groupements terroristes.

Le récit sur la vie afghanne est tellement proche de l’actualité que la lecture n’a pas été fictionnelle sur ce point. Le roman a été écrit avant les tragiques événements qui sont pourtant déjà prévus dans le roman et l’histoire du pays. Cela rajoute à la tension palpable de ces 500 pages et à l’effroi du quotidien de ces femmes et de ces hommes occidentalisés. Le récit est bien plus centré sur les deux enquêtes menées de front que sur la détention des prisonnières. Avec Cédric Bannel, on a vraiment l’impression d’être immergé en Orient et dans le monde de l’espionnage !

Bref, à lire !

5 réponses sur « L’espion français de Cédric Bannel »

Bref à noter. Merci à toi Lucile. Tu as su mettre un peu de bienveillance malgré l’horreur de ce que ces pauvres gens vivent. J’ai lu ta chronique tout doucement, comme si c’était un colis piégé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.