Catégories
Luciole chroniqueuse

Te tenir la main pendant que tout brûle de Johana Gustawsson

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Te tenir la main pendant que tout brûle
Auteur : Johana Gustawsson
Éditeur grand format : Calmann-Lévy Noir
Date de sortie grand format : octobre 2021
Nombre de pages : 324 pages

Résumé : Lac-Clarence, Québec, 2002. Maxine Grant, inspectrice et mère célibataire dépassée, est appelée sur une scène de crime affreuse. L’ancienne institutrice du village, appréciée de tous, a massacré son mari, le lardant de coups de couteau.

Paris, 1899. Lucienne Lelanger refuse d’admettre la mort de ses fi lles dans un incendie. Elle intègre une société secrète dans l’espoir que le spiritisme et la magie noire l’aideront à les retrouver.

Lac-Clarence, 1949. La jeune Lina vit une adolescence mouvementée. Pour la canaliser après l’école, sa mère lui impose de la rejoindre à la Mad House, la maison de repos où elle travaille. Lina y rencontre une étrange patiente, qui lui procure des conseils pour le moins dangereux…

Ce que j’en ai pensé

Johana Gustawsson mêle habillement les siècles et les destins. C’est ce qui m’avait plu dans Block 46 et depuis je suis fan !

Dans ce nouveau roman, indépendant de la trilogie précédente, ce sont Maxine, Lina et Lucienne qui nous accompagnent de 1899 à 2002. Bien évidemment une enquête bien macabre est au centre de l’histoire et va relier les destins de ces trois femmes au caractère bien trempé !

Philippe Caron est retrouvé assassiné à son domicile au Québec. 31 coups de couteau, c’est sûr, ce n’est pas un accident ! Sa femme est catatonique, dehors dans la neige et elle réclame Maxine Grant. Maxine est lieutenant de police et cette enquete devient la sienne.

Les chapitres alternent femmes et périodes. Lucienne incarne 1899, Lina prend sa place en 1949 et Maxine en 2002. Bien évidemment les destins vont se croiser. Comment ? C’est tout l’art subtil de Johana Gustawsson qui aime jouer le temps mais surtout avec les nerfs des lecteurs et lectrices ! Chacune de ces femmes se bat, selon la modernité de son époque, pour sa place de femme.

Le twist final m’a scotchée ! Je ne l’ai pas vu venir tellement j’étais portée par la plume de l’auteure. Bluffée par cette fin terrible et magistrale !

Bref, je reste fan de Johana Gustawsson.

10 réponses sur « Te tenir la main pendant que tout brûle de Johana Gustawsson »

Il est arrivé hier mais c’est mon cadeau d’anniversaire donc je vais devoir (difficilement) attendre le jour J. Merci à toi Lucile. Vais mettre des bouées pour éviter de me noyer dans ma bave. ❤️

C’est le supplice de tantale. Heureusement que je suis avec Bud et Alena en Alabama en 1963. Je comprends ton coup de cœur. Ces deux auteurs là, il va falloir les suivre de près. Merci encore à toi pour tes conseils lecture.

Voilà. Je l’ai fini la pépite. Merci encore de l’avoir conseillé à lire. Même si j’ai écorché le prénom d’Adela, ce livre est une petite merveille.
Telle belle cette histoire de petite graine qui pousse mais qu’il faut planter d’abord.
Si une histoire comme celle ci pouvait aider le monde à aller plus vers les autres ou l’autre tout simplement. ❤️

Le dernier Antoine Renand, c’est de la bombe. J’ai dû mal à passer derrière cette histoire. Mais qu’il est doué. En trois livres, il a réussi à imposer sa place de Grand. Cette maison bleue je ne voulais pas la quitter.
Bises Lucile ❤️

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.