Catégories
Luciole chroniqueuse

Sens interdit[s] de Jacques Saussey

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Sens interdit[s]
Auteur : Jacques Saussey
Éditeur poche : La Mécanique Générale
Date de sortie poche : 2015, réédité en mai 2021
Nombre de pages : 215 pages

Résumé : Un enfant noyé dans les bois. Aucune trace de violences. Comme tous les autres. Le scalpel paraît survoler la peau diaphane, mais la chair s’écarte d’un seul coup, comme trop tendue d’avoir patienté durant des heures dans l’eau de l’étang. Une eau noire et nauséabonde coule de la bouche de l’enfant sur le feuillard en inox entouré d’un film étanche de vinyle. De ma main gauche gantée de latex, j’écarte doucement les bords de la plaie que je viens d’ouvrir dans l’abdomen verdi et gonflé par la putréfaction.
Le petit garçon n’est pas mort depuis plus de deux jours… Joaillier et concepteur numérique en métier d’art, né en 1961, Jacques Saussey a assemblé dans ce thriller très sombre les rouages d’une horloge tragique et implacable. Préparez-vous au pire.

Ce que j’en ai pensé

La neuvième aventure de l’Embaumeur est signée Jacques Saussey ! L’Embaumeur est une série de romans, tous écrits par un auteur différent. Tous peuvent se lire indépendamment. L’auteur aux manettes doit se fier à un cahier des charges précis tel que l’univers de Luc Mandoline, ses amis, son métier, son passé… Bref, un exercice particulier pour un auteur et un défi relevé pour Jacques Saussey !

Luc Mandoline est ancien légionnaire, actuellement thanatopracteur et sacrément queutard ! A Sens, la ville de l’auteur, Luc est réquisitionné d’urgence pour filer un coup de main aux flics et tenter de faire avancer l’enquête au point mort. Il doit autopsier le cinquième petit garçon retrouvé mort. A priori accidentellement. Mais cinq, ça fait beaucoup de coïncidences.

L’ambiance graveleuse est le seul bémol que j’ai sur ce personnage. Et je ne parle même pas du roman car cela fait partie du caractère du héros. Cela mis de côté, j’ai adoré retrouver la plume de l’auteur dans cet exercice. Tout en adoptant le monde pré-existant de l’Embaumeur, j’y ai senti son propre univers. C’est bien l’idée de cette collection !

L’enquête est glauque. Forcément, quand ça touche aux enfants, c’est toujours difficile. L’humour propre à l’atmosphère de l’Embaumeur sauve la mise de certaines scènes insupportables ! Un doux mélange de violence et de douceur pour faire passer ce texte pervers. Le rythme est très différent des autres romans de Jacques Saussey. Sûrement parce qu’il était obligé de respecter un certain nombre de caractères, bien moins que dans ses habitudes. Mais cela n’entache pas la qualité du récit et son attraction ! Au contraire, c’est peut-être même mieux car il se lit d’une traite !

Bref, un très bon Jacques Saussey !

4 réponses sur « Sens interdit[s] de Jacques Saussey »

J’essaie ma Luciole. J’essaie. Va falloir que je me refasse confiance et foncer dans le tas pour revenir avec des chroniques sur booksta.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.