Catégories
Coups de Cœur de Luciole Luciole chroniqueuse

Un coin de ciel brûlait de Laurent Guillaume

Ma note : Coup de coeur

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Un coin de ciel brûlait
Auteur : Laurent Guillaume
Éditeur grand format : Michel Lafon
Date de sortie grand format : juin 2021
Nombre de pages : 496 pages

Résumé : Sierra Leone, 1992. La vie de Neal Yeboah, douze ans, bascule sans prévenir dans les horreurs de la guerre civile qui ensanglante son pays : enrôlé de force dans un groupe armé, il devient un enfant-soldat.

Genève, aujourd’hui. La journaliste Tanya Rigal, du service investigation de Mediapart, se rend à une convocation de la police judiciaire suisse. L’homme avec qui elle avait rendez-vous a été retrouvé mort dans sa suite d’un palace genevois, un pic à glace planté dans l’oreille. Tanya comprendra très vite qu’elle a mis les pieds dans une affaire qui la dépasse…

Trente ans séparent ces deux histoires, pourtant, entre Freetown, Monrovia, Paris, Nice, Genève et Washington DC, le destin fracassé de Neal Yeboah va bouleverser la vie de bien des gens, celle de Tanya en particulier. C’est que le sang appelle le sang, et ceux qui l’ont fait couler en Afrique l’apprendront bientôt. À leurs dépens.

Ce que j’en ai pensé

Le niveau est placé haut avec ce roman mi-noir, mi-espionnage de Laurent Guillaume ! S’il fallait le comparer en qualité et complexité, je le placerai au même plan que Je suis Pilgrim de Terry Hayes. Gigantesque coup de cœur !

L’auteur s’est inspiré de plusieurs réalités pour en faire une fiction tourmentée et tourmentante ! On y rencontre une foule de personnages, on vadrouille dans de multiples endroits de la planète. Aujourd’hui et les décennies précédentes. Le voyage est total et le dépaysement complet ! Car même si ce roman est ancré dans la vraie vie, avec des lieux existants, des événements qui se sont vraiment déroulés, les personnages eux, sont pure invention. Et rarement des personnages ne m’ont semblé si proches de la réalité.

1992. Neal, jeune Africain heureux et insouciant vit en Sierra Leone avec sa famille et ses amis. Quand son village se fait attaquer par les rebelles, il se retrouve dans l’impasse et face à l’indicible. Il n’a pas le choix et se fait prendre par le groupe armé. Il devient malgré lui enfant soldat. On va suivre son périple, ses tortures, morales, physiques, son combat intérieur pour tenter de rester celui qu’il a toujours été. Un doux, un gentil. Sauf qu’aujourd’hui c’est lui qui fait couler le sang. Toute la partie qui se déroule en Afrique est saisissante. Neal m’a beaucoup émue.

Mais ce thriller ne serait pas géopolitique et d’espionnage sans les autres personnages. Tanya, une journaliste Médiapart, est impliquée dans un meurtre à Genève. Son contact a été assassiné au pic à glace avant qu’elle n’ait eu le temps de le voir. En quête de la vérité pour savoir pourquoi elle est autant lié à cet homicide, Tanya enquête. Les meurtres s’enchaînent et les indices brouillent les pistes plutôt qu’autre chose. Surtout : quel est le lien entre ce fait et ceux de 1992 ?

Tout du long, le récit est dense et fourmille d’information. Ce texte et son déroulé sont maitrisés à la perfection par Laurent Guillaume, véritable guide de ce voyage littéraire. Le rythme est constant jusqu’au final où tout s’accélère. Les liens se font au fil des chapitres sans qu’on ne les voit venir. La construction narrative est d’une finesse absolue.

Bref, un des meilleurs romans lu cette année !

2 réponses sur « Un coin de ciel brûlait de Laurent Guillaume »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.