L’instinct maternel de Barbara Abel

Ma note : 4,75/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : L’instinct maternel
Auteur : Barbara Abel
Éditeur poche : Le Masque poche
Date de sortie poche : 27 février 2013
Nombre de pages : 380 pages

Résumé : Richard et Jeanne Tavier jouent, depuis de nombreuses années, la comédie du bonheur parfait dans le milieu huppé qu’ils fréquentent. Leur agressivité et leur mépris sont renforcés par le fait qu’ils n’ont jamais pu avoir d’enfant. Edwige, la confidente de Jeanne, l’aide de son mieux en lui procurant conseils et tendresse. Un soir, celle-ci débarque chez elle et lui annonce que Richard s’est rompu le cou en tombant dans l’escalier. Edwige n’est pas dupe mais couvre son amie en l’assurant de son silence. À l’ouverture du testament, le notaire annonce à la veuve que Richard lègue sa fortune à une inconnue. Blessée et dépitée, Jeanne transforme son ressentiment en une boule de fiel qui lui fait perdre la raison. Décidée à retrouver la femme qui a hérité à sa place, elle a bien l’intention de la supprimer.

Ce que j’en ai pensé

Barbara Abel, la reine du thriller psychologique domestique en est à son treizième roman (lu et adoré !). J’en ai lu sept sur les treize et j’avais hâte de lire ce tout premier récit bien tordu et sadique. Eh oui, dès ses débuts la grande auteure qu’elle est aujourd’hui était déjà présente et partait du bon pied ! Bien que j’ai remarqué quelques éléments et indices un peu gros, pour un premier roman, on sent le talent !

Dans une interview, Barbara Abel expliquait qu’elle écrivait des horreurs familiales en imaginant le pire à chaque étape de la vie. Elle a commencé enceinte avec ce roman dont c’est le thème principal. Richard et Jeanne vivent très aisément. Un mariage presque blanc. Richard gagne une épouse trophée à montrer dans les soirées mondaines et Jeanne sort de sa vie misérable et pauvre. Mais tout ne se déroule pas comme prévu. Richard annonce un soir à sa femme qu’il va divorcer et qu’elle perdra tout. Elle l’assassine froidement et apprend par le notaire à qui s’adresse la fortune et les biens de son défunt mari. Elle met en place un plan diabolique !

Chaque partie du roman est un mois de grossesse avec l’idée qui pointe son nez puis mature pour enfin prendre vie. Un plan machiavélique et empli de sadisme, bien oppressant. La signature de Barbara Abel !

Bref, un premier roman qui date mais qui frappe là où ça fait mal. Un talent déjà bien présent et une histoire folle et cruelle comme on les aime !