La goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino

Ma note : 4,75/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : La goûteuse d’Hitler
Auteur : Rosella Postorino
Éditeur grand format : Albin Michel
Date de sortie grand format : 2 janvier 2019
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 25 mars 2020
Nombre de pages : 384 pages

Résumé : 1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisée à l’idée que l’on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Quand les S.S. lui ordonnent de porter une cuillerée à sa bouche, Rosa s’exécute, la peur au ventre : chaque bouchée est peut-être la dernière. Mais elle doit affronter une autre guerre entre les murs de ce réfectoire : considérée comme « l’étrangère », Rosa, qui vient de Berlin, est en butte à l’hostilité des autres goûteuses. Pourtant, la réalité est la même pour toutes : consentir à leur rôle, c’est à la fois vouloir survivre et accepter l’idée de mourir.

Inspiré de l’histoire vraie de Margot Wölk, La Goûteuse d’Hitler a été couronné en Italie par le prestigieux prix Campiello.

Ce que j’en ai pensé

Ce roman est inspiré de l’histoire vraie de Margot Wölk qui a été une des quinze goûteuses d’Hitler en 1943 dans son bunker de Prusse Orientale. Margot Wölk est sortie du silence à 96 ans, en 2013. Elle a raconté son histoire à un journaliste et est décédée peu de temps après. Une histoire taboue qu’elle a dû garder secrète une bonne partie de sa vie pour sa protection, du moins tant que les nazis et SS étaient dans les parages.

Dans cette histoire vraie romancée, Margot s’appelle Rosa. Elle est mariée et vit chez ses beaux-parents pendant que son époux est au front. Un jour des SS viennent la chercher. Elle a été choisie pour être une goûteuse d’Hitler. Chaque bouchée est un jeu de roulette russe. L’angoisse et la panique sont les seuls compagnons de ces femmes sélectionnées car Allemandes pures. Elles sont là pour donner leur vie au Führer.

J’ai lu un article après ce roman et la plupart des événements qui sont cités sont vrais. Bien sûr, pour adoucir cette atroce histoire, un peu d’amour et de tendresse sont distillés. Cela n’en reste pas moins un récit insupportable. Rosa et d’autres goûteuses n’ont jamais été pour le régime politique de leur Chancelier mais elles ont appris deux choses : la survie a supplanté la vie et ne jamais refuser un ordre d’un SS. La peur est omniprésente et j’ai ressenti un malaise tout le long de ma lecture. Cependant j’ai beaucoup aimé découvrir encore une sombre histoire de la Seconde Guerre Mondiale.

Bref, un récit percutant et poignant. Historique mais sans être une leçon d’histoire. À lire pour savoir et ne pas oublier.