L’ossuaire de Fiona Cummins

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : L’ossuaire
Auteur : Fiona Cummins
Éditeur grand format : Slatkine et Cie
Date de sortie grand format : 28 mai 2020
Nombre de pages : 512 pages

Résumé : Clara Foyle, cinq ans, a été enlevée il y a bientôt trois mois. La petite fille est atteinte d’une maladie osseuse. Le principal suspect est toujours en fuite après avoir échappé à la surveillance de la police. Sa collection d’ossements humains a disparu dans l’incendie de sa maison… Pour repartir de zéro, il a besoin d’une pièce unique :  Clara. Malgré la ténacité de l’inspectrice Ella Fitzroy, la petite fille demeure introuvable. Un terrible compte à rebours commence.

Avec un style-cutter aussi efficace que glaçant, Fiona Cummins plonge dans l’âme du psychopathe. Vous ne laisserez plus jamais vos enfants revenir seuls de l’école.

Ce que j’en ai pensé

« Finalement, il opte pour le couteau à désosser »

Attention, ce roman est la suite directe du Collectionneur. Si vous ne l’avez pas lu, elle risque de vous spoiler. Et pour vous donner envie, Le Collectionneur ne collectionne ni les timbres ni les images Panini mais les os et squelettes qui ont des maladies rares et déformantes. Ses spécimens sont souvent des enfants et rarement morts. Ça cale l’ambiance !

L’ossuaire reprend là où on s’est arrêté avec le volume précédent. Brian Howley a réussi à s’enfuir. La maison de son père contenant sa collection est partie dans les flammes. Il faut tout recommencer ! La petite Clara est toujours entre ses mains et il est à la recherche d’autres spécimens.

L’ambiance glauque est la même. La froideur de l’Homme de la Nuit est glaçante d’effroi ! Certains font des herbiers, d’autres des ossuaires. Et cette passion morbide est bien terrifiante ! Howley a repéré de nouvelles proies. Mais il va surtout lier un rapport tout particulier avec un jeune adolescent en mal d’amour parental. Saul et Silver, le nouveau nom de Brian Howley, forment un duo bien étrange et atypique. On les suit discrètement et sur la pointe des pieds. Il ne faudrait pas se faire repérer par ces deux-là !

Bref, une suite pleine d’os et de maladies rares. La même collection, la même obsession, le même méchant mais sous un autre angle. Un bon deuxième tome !