La Nanny de Gilly Macmillan

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : La Nanny
Auteur : Gilly Macmillan
Éditeur grand format : Les Escales Noires
Date de sortie grand format : 11 juin 2020
Nombre de pages : 432 pages

Résumé : Jocelyn, sept ans, aime sa nourrice plus que tout. Lorsque celle-ci disparaît sans laisser de traces, Jo est inconsolable. Comment a-t-elle pu partir ainsi, sans même lui dire au revoir ?
Trente ans plus tard, Jo se voit obligée de retourner vivre dans la demeure familiale, malgré la relation conflictuelle qu’elle entretient avec sa mère.
Alors qu’elle passe des jours sombres dans la bâtisse immense et inquiétante, une nouvelle vient bouleverser son quotidien : Hannah, sa nourrice, est de retour. Jo exulte, ravie de retrouver enfin la seule personne qui l’a réellement aimée.
Mais lorsque des restes humains sont découverts dans le jardin, la situation vire au cauchemar. Que s’est-il réellement passé lorsqu’elle était enfant ? Quels secrets cachait sa nourrice et que fuyait-elle ? Peut-elle faire confiance à sa mère ?
Huis clos étouffant, La Nanny prouve une nouvelle fois le talent de Gilly Macmillan pour les intrigues psychologiques parfaitement maîtrisées.

Ce que j’en ai pensé

Gilly Macmillan revient en fanfare avec ce thriller psychologique polyphonique domestique hautement machiavélique !

Jocelyn est la fille de Lord et Lady Holt, propriétaires du Manoir de Lake Hall. Elle y a grandi avec sa nanny Hannah qu’elle adorait. Mais un jour, subitement, Hannah est partie et l’équilibre de la petite fille s’est effondré. Elle en a toujours voulu à sa mère Lady Virginia Holt. Aujourd’hui, adulte et suite au décès de son mari, Jocelyn et sa fille Ruby sont obligées de quitter leur Californie pour retourner vivre au Manoir. Au grand désespoir de Jocelyn.

Un beau jour, un crâne émerge du lac de la propriété. Peu de temps après, Hannah refait surface dans la vie des Holt et se rapproche de la petite fille dont elle s’est occupé pendant six ans. La tension entre Virginia et Jocelyn est palpable ! Ruby semble adorer sa grand-mère et Hannah est aux petits soins avec tout le monde. Une ambiance en apparence agréable idyllique malgré quelques petites frictions.

Dans ce huis-clos oppressant, la tension ne fait que monter, accompagnée de doutes au départ anodins puis plus sérieux. Des secrets familiaux, des manipulations, des personnages malsains, des meurtres, de l’empoisonnement et un peu d’hémoglobine… tous les bons ingrédients ! L’ambiance aristocratique anglaise est parfaitement dépeinte et même si les personnages se disent loin de l’univers de Downtown Abbey, c’est la visualisation que j’avais du domaine à la lecture !

Bref, une lecture addictive malgré la petite longueur au milieu. Un thriller parfaitement bien ficelé et mon préféré de l’auteure !