Urbex Sed Lex de Christian Guillerme

Ma note : 4,75/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Urbex Sed Lex
Auteur : Christian Guillerme
Éditeur poche : Taurnada
Date de sortie poche : 18 juin 2020
Nombre de pages : 256 pages

Résumé : Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté.
Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné…
Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition.
JAMAIS !

Ce que j’en ai pensé

Un titre et un résumé intrigant. Urbex Sed Lex. Urbex pour urban exploration. Et les urbexers, pratiquants de ce hobby, visitent des lieux construits par l’homme et abandonnés. C’est bien sûr tout aussi illégal que les visites des cataphiles.

Deux couples d’amis reçoivent, via leur site d’urbex, un mail les invitant à passer une nuit dans un sanatorium abandonné pour 32 000 euros. Une sacrée somme mais une proposition louche. On sait bien sûr qu’ils vont accepter et j’ai trouvé le début un peu longuet du coup. 60 pages de décision sur 250 ça fait beaucoup. Mais le style de l’auteur est fluide et la lecture rapide. J’ai bien fait de poursuivre et j’étais de toute façon déjà ferrée !

Arrivés au sanatorium, les quatre amis ont des indices à trouver et une tâche à exécuter pour recevoir la somme promise. Mais tout est trop simple et le piège est déjà refermé sur eux. La partie urbex est très cinématographique. J’ai regardé quelques vidéos YouTube de cette pratique pour une immersion plus totale et j’ai ressenti les découvertes de lieux inconnus et étranges. Surtout de nuit !

Le traquenard mis en place est déjà vu mais pas sous cet angle. Je ne peux pas vous en dire le thème mais je l’ai souvent lu et j’ai trouvé ici de la nouveauté qui a ajouté du piment à cette lecture très addictive !

Bref, une visite effrayante d’un sanatorium avec des urbexers aguerris ! Un bon suspense et une tension bien menée !