Il était deux fois de Franck Thilliez

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Il était deux fois
Auteur : Franck Thilliez
Éditeur grand format : Fleuve Noir
Date de sortie grand format : 4 juin 2020
Nombre de pages : 528 pages

Résumé : En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.
Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

Ce que j’en ai pensé

Franck Thilliez est un génie ! Ce one-shot, fortement lié à son précédent one-shot, Le manuscrit inachevé, est une pépite ! Il n’est pas nécessaire d’avoir lu ce dernier mais je le recommade fortement pour une immersion encore plus intense ! Surtout pour les dernières pages d’Il était deux fois (où là c’est en fait obligatoire).

On est en 2008. Julie, la fille de 17 ans de Gabriel a disparu. Gabriel est gendarme à Sagas, ville fantôme avec son pénitencier, ses falaises et sa centrale. Il est sur l’affaire et lui et ses collègues cherchent activement sa fille. Gabriel est sur une piste. Il réserve la chambre 29 de l’hôtel du bled. Une pluie d’oiseaux morts le réveil en sursaut en pleine nuit. Chambre 7 et en 2020. 12 ans d’amnésie ! Un sujet déjà vu chez l’auteur mais sous une autre forme.

L’enquête reprend avec 12 ans de trou. Gabriel poursuit sa traque de père au désespoir. Il va plonger, en nous embarquant, dans une sombre noirceur immonde, inhumaine. Quelques scènes déstabiliseront les âmes sensibles.

Bref, j’ai adoré le lien fort avec Le Manuscrit inachevé, un coup de maître ! Un roman dingue qui m’a emportée et désociabilisée totalement. J’ai en immersion totale dans cette quête glauque de vérité. Une plongée abyssale dans le pire de l’Homme. Un Thilliez de fou !