Le patient de Timothé le Boucher (BD)

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Le patient
Auteur : Timothé le Boucher
Éditeur : Glénat
Date de sortie : 14 avril 2019
Nombre de pages : 296

Résumé : La police arrête une jeune fille errant dans la rue, couverte de sang, un couteau à la main. En se rendant chez elle, les agents découvrent avec effroi une scène de massacre : toute sa famille a été assassinée… 6 ans plus tard, Pierre Grimaud, l’unique survivant du « massacre de la rue des Corneilles », se réveille d’un profond coma. L’adolescent de 15 ans qu’il était au moment des faits est aujourd’hui un jeune homme de 21 ans. Désorienté, encore paralysé et souffrant d’amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie. Pendant leurs séances, Anna tente de l’amener à se souvenir des circonstances du drame, malgré ses pertes de mémoire. Pierre lui évoque la présence mystérieuse d’un « homme en noir » qui hante ses rêves, probable réponse inconsciente à son traumatisme. Après plusieurs rendez-vous, Anna découvre en Pierre un être sensible et très intelligent. Touchée par son histoire, elle se met même à le prendre en affection. Petit à petit, une véritable complicité s’installe entre eux. Anna n’imagine pas à quel point ce patient va changer sa vie…

Après le remarqué Ces jours qui disparaissent, Timothé Le Boucher revient avec un ouvrage témoignant une nouvelle fois de sa science narrative exemplaire. S’inscrivant dans une veine plus réaliste, Le Patient est un thriller psychologique prenant et surprenant, laissant entrevoir quelques-uns des thèmes de prédilection de l’auteur : le rapport à l’autre, la notion du « temps », de l’identité et de la mémoire. 

Ce que j’en ai pensé

Ma première lecture d’un thriller psychologique en bande dessinée est une réussite ! Et c’est grâce à Timothé Le Boucher qui, avec un dessin au trait fin et clair, met en scène cette macabre histoire.

Laura se fait arrêter dans la rue par la police. Elle est recouverte de sang et tient un couteau à la main. Dans la petite ville où elle habite, on sait qui elle est et la police sur rue chez elle pour y découvrir toute la famille sauvagement assassinée. Seul Pierre, son jeune frère de 15 ans au moment des faits, survivra. Il se réveille après 6 ans de coma, à 21 ans et suit un travail psychologique avec une psychologue pour éliminer ses démons qui le hante chaque nuit depuis la nuit du massacre, comprendre comment reconstruire une vie avec un bout d’adolescence en moins et plus aucune famille.

Quoique sanglants, les dessins de sont pas gores. On peut donc se concentrer sur les faits et surtout sur les échanges entre le patient et la psy. Échanges passionnants. Ces deux personnages vont créer des liens particuliers et sont parfaitement bien construits. Ils sont le cœur de ce récit. Graphiquement, ombres et lumières sont parfaitement dosées dans les vignettes et créent une ambiance idéale pour un thriller psychologique.

Le rythme alterne souvenirs, cauchemars et séances avec la psy, avec par par dessus quelques pincées de suspense, du sombre, de l’espoir de guérison et des personnages plus complexes qu’il n’y paraît.

Bref, une bande dessinée qui contient tout ce qu’il faut pour un thriller psychologique réussi !