Terres fauves de Patrice Gain

Ma note : 4/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Terres fauves
Auteur : Patrice Gain
Éditeur grand format : Le Mot et le Reste
Date de sortie grand format : 23 août 2018
Éditeur poche : Le Livre de Poche
Date de sortie poche : 29 janvier 2020
Nombre de pages : 256 pages

Résumé : Missionné par son éditeur, David McCae, écrivain new-yorkais, se retrouve parachuté du jour au lendemain en Alaska pour terminer les mémoires du gouverneur de l’État de NY. Afin d’étoffer un chapitre élogieux, il doit recueillir les confidences d’un alpiniste de renommée mondiale et ami proche de l’homme politique. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Plus adepte du lever de coude que de l’amabilité, l’aventurier n’en est pas moins disert et David en apprend beaucoup. Trop. Seul et démuni, dans une nature austère et glaciale, le prête-plume va devoir apprendre à sauver sa peau…

Ce que j’en ai pensé

En ces temps de confinement, j’avais besoin de grands espaces, de grand air, de nature, d’horizon ! Tout le contraire de David McCae, écrivain new-yorkais, 100% citadin et allergique au vert ! Il aime le bitume, la foule, les gens et l’activité citadine. Alors quand son éditeur l’envoie au fin fond de l’Alaska pour rencontrer Dick Carlson, alpiniste et ami du gouverneur de l’état de New-York, pour ajouter un chapitre sur les mémoires de ce gouverneur, c’est la pire nouvelle pour David !

Dick Carlson est une légende dans le milieu montagnard. Une star locale et même internationale qui a gravi de nombreux sommets. Mais après quelques verres il s’avère un peu trop bavard et pas forcément dans le sens où doivent aller les Mémoires. David va se retrouver bien empêtré avec ses infos et même livré à lui-même en pleine nature. Into the wild ! Gare aux grizzlis !

Un nature writing survivaliste. Un roman qui se lit très rapidement et qui fait s’évader quelques heures au grand air mais sur un rythme pas très reposant. J’étais contente d’être bien au chaud et à l’abri, avec un chat sur les genoux et une tasse de thé fumante, pendant ma lecture.

Petit plus : J’ai apprécié le doux clin d’oeil à Des souris et des hommes de Steinbeck, roman que j’ai lu, relu et aimé à chaque fois.

Bref, un récit plein de nature, mais dans son côté hostile. Un récit de combat, de survie, de lutte. Une belle echapee littéraire !