Ineffaçables de Clarence Pitz

Ma note : 4,5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Ineffaçables
Auteur : Clarence Pitz
Éditeur grand format : Nouvelle Bibliothèque
Date de sortie grand format : 28 octobre 2019
Nombre de pages : 510 pages

Résumé : Bruxelles 2016. Au lendemain d’une vague d’attentats, des fresques pornographiques apparaissent sur les façades des quartiers populaires de la capitale et secouent l’opinion publique. Épaulé par Fred Boland, jeune recrue immature, l’inspecteur Karel Jacobs est confronté à une série de crimes sexuels d’une perversité sans nom. Les sévices s’enchaînent mais les victimes ne se ressemblent pas. Et le duo est rapidement dépassé par une enquête pavée de violence qui l’emmène dans les recoins sensibles de la ville. Samira, jeune mineure émancipée est retrouvée violée en plein cœur de Molenbeek. Sa route croise le chemin de Virgile Plisson, flic infirme relégué à la paperasserie et ancien membre de la cellule tag, prêt à tout pour reprendre du service.

Du folklore estudiantin aux codes du street art, Clarence Pitz nous emmène dans les profondeurs de Bruxelles à travers un thriller rythmé et immersif basé sur un fait divers attesté, celui des fresques clandestines de Bruxelles.

Ce que j’en ai pensé

Qu’est-ce que j’ai aimé cette visite sanglante de la ville de Bruxelles (ou comment trouver une phrase d’accroche bien creepy !). Clarence Pitz est une auteure belge qui signe, avec Ineffaçables, son deuxième roman, et j’espère pas le dernier.

Entre deux adresses de bars sympas ou de lieux touristiques, à noter pour une visite de la capitale belge, on a quand même quelques cadavres bien trash. Mais on a surtout cette base du roman, tirée de faits réels, qui donne de la puissance au réalisme de l’ensemble de l’œuvre. Et il s’agit justement d’oeuvres ! Juste après les attentats tragiques en 2015, une vague de graffitis pornographiques ou macabres ont faits leur apparition sur les murs de la ville. J’ai cherché sur Internet et elles existent exactement comme dans le roman ! Elles sont aujourd’hui devenue des zones touristiques.

Mais dans le roman elles sont liées à des meurtres sexuels, sanglants, violents… et tous les épithètes du même acabit. Une équipe de police mène l’enquête. Karel, un inspecteur qui a de la bouteille, se retrouve à faire équipe avec Fred, un jeune fougueux qui n’a pas de limite sociale (le mec qui sort des conneries plus grosses que lui devant les victimes par exemple) et Virgile, amputé d’un doigt, celui de la gachette, et qui s’est retrouvé coincé au sous-sol des archives, le loser du groupe. Pour l’affaire, on a besoin de ses compétences de l’époque où il bossait au service des tag. Ce trio touchant a chacun ses failles, ses doutes mais aussi ses forces et talents. Cela les rends plus humains et pas seulement flics.

Les victimes de sévices bien pervers s’amoncellent devant les vains efforts des forces de l’ordre. J’ai eu un petit mou entre la troisième et quatrième victime avec l’enquête qui stagne mais après le rythme est reparti plus fort qu’au début et la fin, au suspense intense, m’a tenue en haleine comme il faut ! Bref, un roman et une auteure à découvrir et à suivre !