L’Institut de Stephen King

Ma note : 5/5 coup de coeur

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : L’Institut
Auteur : Stephen King
Éditeur grand format : Albin Michel
Date de sortie grand format : 29 janvier 2020
Nombre de pages : 608 pages

Résumé : Au cœur de la nuit, à Minneapolis, des intrus pénètrent la maison de Luke Ellis, jeune surdoué de 12 ans, tuent ses parents et le kidnappent.

Luke se réveille à l’Institut, dans une chambre presque semblable à la sienne, sauf qu’elle n’a pas de fenêtre. Dans le couloir, d’autres portes cachent d’autres enfants, dotés comme lui de pouvoirs psychiques.

Que font-ils là ? Qu’attend-on d’eux ? Et pourquoi aucun de ces enfants ne cherche-t-il à s’enfuir ?

Aussi angoissant que Charlie, d’une puissance d’évocation égale à Ça, L’Institut nous entraîne dans un monde totalitaire… qui ressemble étrangement au nôtre. Le nouveau chef-d’œuvre de Stephen King.

Ce que j’en ai pensé

« Les petits détails font les grandes histoires. »

Depuis le début de ce blog littéraire et la montée de mon compte Instagram, je vis des trucs fous. Lire un King avant sa sortie en fait partie. Un bonheur de tous les instants ! Surtout que j’ai adoré cette lecture ! Merci Albin Michel !

Stephen King reprend la thématique de l’enfant, qui lui est chère, et celle de la critique de l’Amérique totalitaire de Trump, tendance chère aussi à tacler son président depuis l’élection. Pour mon plus grand plaisir !

« – Et pour Trump elle savait ?

– Oh, elle était déjà morte depuis longtemps quand ce gros con a débarqué »

Et quand on ajoute à ça de la télépathie, de la télékinésie et des expériences scientifiques, ça donne un excellent opus du maître !

Après avoir brièvement rencontré Tim, on fait la connaissance de Luke, enfant hyper intelligent, accepté à 12 ans au MIT et dans une autre université prestigieuse. Il a même les capacités suffisantes pour suivre les deux cursus en parallèle. Mais Luke sait aussi déplacer les plateaux de pizzas (vides) et d’autres petits objets. Un soir, une équipe bien entraînée vient kidnapper Luke chez lui et assassine ses parents. Il se réveille dans la même chambre, même meubles, même déco. Sauf qu’il n’y a pas de fenêtre. Luke est arrivé à l’Institut. Psst : l’Institut est dans le Maine. Encore un point clef fort des oeuvres de King.

Dans cet Institut, il rencontre d’autres enfants qui ont les mêmes pouvoirs de télékinésie ou télépathie, plus ou moins puissants. Très vite un petit groupe se forme (toujours de l’entraide enfantine chez King) et ils se soudent pour tenir bon pendant et après les tests scientifiques et autres maltraitances subies.

J’ai eu une mini longueur (600 pages en grand format en même temps) dans le premier tiers mais elle est vite passée. Et puis les longueurs chez King, c’est ce qu’on aime ! Les 200 dernières pages sont un compte à rebours et une course contre la montre effrénés ! Je n’ai réellement pas lâché le roman, j’ai délaissé les chats, mon hydratation… il fallait que je le termine et que je SACHE !

Pour moi c’est un grand King. Je ne vais pas dire qu’il est dans mon top 10 de ses oeuvres parce que mon top 10 en contient 20 déjà. Mais il s’y rajoute !