Chambre froide de David Koepp

Ma note : 5/5

Fiche technique et résumé de l’éditeur

Titre : Chambre froide
Auteur : David Koepp
Éditeur grand format : Harper Collins Noir
Date de sortie grand format : 6 novembre 2019
Nombre de pages : 352 pages

Résumé : S’il vous effleure, il est déjà trop tard.

Des débris de la station spatiale Skylab tombés dans le désert australien ont libéré les spores d’un champignon génétiquement modifié hautement létal. Bilan : vingt-six morts, le corps atrocement mutilé. Les deux agents gouvernementaux et la microbiologiste dépêchés sur place arrivent trop tard pour sauver quiconque, mais ils parviennent à prélever un échantillon du fongus et à le confiner dans un complexe de stockage militaire au Kansas, dans un environnement qui devrait l’empêcher de se développer.

Deux employés du complexe ­– revendu depuis à une société privée – sont témoins d’une activité anormale au quatrième sous-sol. Ils ignorent tout de la présence en ces lieux de l’arme bactériologique la plus mortelle jamais conçue… et qui vient de se réveiller.

Ce que j’en ai pensé

Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un bon thriller postapocalyptique ! Du coup, un premier roman du scénariste de Jurassic Park, Mission Impossible, La mort vous va si bien… et plusieurs autres films vus, revus et aimés, forcément je fonce dessus sans réfléchir !

Je parlais de roman postapocalyptique mais c’est plutôt un roman catastrophe pré-apocalypse. Un étrange champignon est découvert en Australie en 1987. Un village aborigène de 26 habitants vivants reclus au milieu du désert, loin de la civilisation, est entièrement décimé en moins de 24h. La cause ? Un champignon vert qui se développe à la vitesse de la lumière, s’immisce dans les tissus organiques, se nourrit de toutes les matières avec plus ou moins d’appétit, doué d’une grande de capacité d’adaptation à son environnement et létal à 100%. La merde quoi. Deux agents fédéraux spécialisés dans les dangers bactériologiques sont dépêchés sur place pour bombarder le village mort après avoir récupéré un échantillon. Quelle idée !

En 2019, l’échantillon est bien au frais au 4e sous-sol d’une ancienne mine au fin fond du Kansas. Mais depuis la mine est devenue un entrepôt de stockage locatif et le réchauffement climatique fait son effet petit à petit. Le gentil fongus vert est plus vivace au chaud. Donc c’est le drame !

S’ensuit une course contre la montre digne de 24h chrono (mais avec cohérence de déplacements et tout). Un roman haletant que j’ai terminé essoufflée ! Le côté scénariste de David Koepp donne un coup de fouet au récit, avec quelques flashbacks pour donner de la profondeur aux personnages. On s’attache, on a peur, on retient sa respiration ! Au final c’est plutôt un roman de survie, avec un peu de science mais rien de chiant. C’est captivant et l’auteur a bien fait de se lancer dans l’écriture de roman ! A suivre !